De l’usage du drabble

Je vous avais promis de vous parler du drabble il y a quelque temps déjà. Il était donc urgent de m’y mettre, car je sais que vous trépigniez d’impatience derrière vos écrans, prêts à me lancer des soucoupes entières pleines de thé refroidi pour fustiger mon retard.
Voici donc une petite technique qui peut aider à débloquer l’écriture, ou juste à s’échauffer la plume (ou le clavier, bien entendu).
Un drabble, c’est une courte fiction de seulement 100 mots. Elle doit raconter une histoire, avec un début, un milieu et une fin, en 100 mots exactement. (et c’est sans doute le moment où vous apprécierez les traitements de texte et leur comptage automatique de mots).
Cent mots, cela peut s’écrire extrêmement rapidement. L’aspect difficile, en réalité, c’est de contenir une histoire dans cet intervalle. L’exercice du drabble n’est d’ailleurs pas tout à fait identique selon la langue dans laquelle vous le pratiquez. Il paraît que c’est en cherokee qu’il est le plus facile de raconter une histoire avec peu de mots, mais je ne vous conseille pas pour autant d’apprendre immédiatement cette langue avant de vous mettre à écrire.
Les drabbles ne sont pas encore extrêmement connus dans le monde littéraire francophone, ils sont beaucoup plus développés outre-atlantique, où vous pourriez participer à des concours de drabbles, ou trouver des « prompts » (mots-clés, émotions, idées d’écriture… au choix) pour vous lancer.

L’avantage du drabble, c’est qu’il permet de se recentrer aussi sur son écriture, et de fournir un moment-clé par rapport à une émotion de vos personnages. Et aussi, je le répète, qu’il peut s’écrire très rapidement.
Juste pour le plaisir de l’écriture, voilà un petit drabble qui concerne un événement lié au personnage principal du roman que j’écris actuellement. Pour laisser le hasard en place (c’est là aussi le plaisir du drabble), j’ai pioché au hasard le mot « milk shake ». Voyons ce que cela donne.

Je savais que je perdais mon temps en m’attardant dans ce rayon. C’étaient les desserts qui me faisaient du mal. Personne dans le village n’aurait pu monopoliser les ingrédients nécessaires à leur préparation, à part le maire, peut-être. Je me demandais pourquoi ce livre n’avait pas encore été ôté de la bibliothèque. Je le craignais, alors je n’osais pas poser de questions sur les mets que je ne comprenais pas, comme sur cette boisson rosée qui se présentait dans un verre. J’aurais voulu savoir lire pour connaître le nom de ce dessert à boire. Sa vision me remuait complètement.

Comme vous le voyez, c’est extrêmement court. Un drabble de ce style donne plus l’impression de regarder par le trou de la serrure pour avoir une vision d’un court moment de la vie de son personnage. J’aime bien pourtant, pas vous ?

Publicités

3 réflexions sur “De l’usage du drabble

  1. Ton drabble est beau… J’ai essayé d’en faire un aussi mais je ne t’arrive pas à la cheville. Et puis le mien est morbide. Mais je pense que c’est un bon moyen de s’améliorer. J’essaierai d’en refaire et puis je vais continuer à écrire.
    Merci d’avoir partagé le tien

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s