Une histoire courte

Je vous avais parlé récemment des Drabbles, ce petit exercice d’écriture qui impose de rédiger une histoire en quelques lignes à peine. Pour y parvenir, il faut savoir être condensé, précis dans ce qu’on veut transmettre. Il faut aussi être capable de couper drastiquement dans son texte afin de n’en garder que l’essentiel.
Je sais à quel point cette particularité peut être compliquée pour les auteurs débutants. Vous avez envie d’écrire, de remplir des pages et des pages. Votre plume bave sur le papier et vous vous prenez pour des Balzac ou des Proust des temps modernes, qui ne savent plus quand il est temps de s’arrêter d’écrire.
Or, parfois, enlever des éléments superflus dans son texte permet de le rendre plus pertinent, plus recentré, et de captiver encore plus l’attention du lecteur.

 Donc, ne vous laissez pas emporter par le flot de votre écriture. Pour le premier jet, oui. Pas pour la suite. Vous entraîner à composer régulièrement des textes courts, avec des critères très stricts, comme ceux des Drabbles, vous apprendra à vous concentrer sur ce qui importe réellement dans vos textes.

Le prix pépin de l’écriture courte

Les drabbles sont des exercices très personnels, même si des concours sont régulièrement organisés entre participants de cette méthode (essentiellement dans le monde anglophone… il y a peut-être quelque chose à faire de ce côté-là ici aussi ?).
En France, encore plus court que les Drabbles, il existe le prix Pépin. Il est trop tard pour participer à celui de cette année, mais vous avez un peu de temps pour vous entraîner.
Le prix Pépin, c’est quoi ? Un texte de science-fiction (oui, avec des extraterrestres et des vaisseaux spatiaux dedans, si vous les aimez) qui doit comporter moins de 300 signes, espaces compris. Oui, oui, vous avez bien lu ! Inutile de vous dire que c’est un exercice particulièrement difficile. Je m’y suis frottée cette année, et voilà les textes que j’ai proposés :
P { margin-bottom: 0.21cm; }

Journal télé

Il ouvrit la porte. Elle donnait maintenant sur le vide. Seule sa maison reposait encore sur une surface solide, son jardin avait disparu. Il n’avait plus qu’une solution : rentrer et regarder la suite des informations. Peut-être donneraient-ils d’autres indications sur les événements.


Au restaurant

Le menu était appétissant mais il ne contenait pas assez de protéines à son goût. Tom tendit la main vers son sac et y prit le lot d’humains en sachets qu’il avait acheté un peu plus tôt. Heureusement que le restaurateur acceptait que ses clients apportent de la nourriture extérieure.
Aucun de mes textes n’a été validé, mais que cela ne vous empêche pas de vous faire une idée plus précise du processus en lisant ceux des autres participants. Surtout que vous avez jusqu’à la fin du mois de mai pour voter pour vos préférés. Vous trouverez toutes les infos sur la page Facebook du prix Pépin 2016

Maintenant, c’est à votre tour de vous entraîner. Je serais curieuse de voir ce que vous avez à proposer…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s