En avril je prends une cabane au camp Nano !

Le titre de cet article évoquera certainement de nombreuses histoires aux habitués du Nanowrimo… et un peu moins aux autres. Les camps Nano sont pourtant de belles aventures à partager entre compagnons d’écriture. Les flammes de l’imagination dessinent des ombres de scénario, on fait griller nos compteurs de mots et on se réveille dans les vêtements dans lesquels on s’était couché, en négligeant de se laver les dents parce que, ho, on est en train de camper, là, on peut un peu oublier le confort quotidien, non ?

Death_to_stock_photography_wild_7

Bref, vous l’aurez compris (ou pas) : le camp Nano c’est un moment d’écriture (presque) aussi intense que le Nanowrimo. Sauf qu’il y fait un peu moins frisquet, ce qui motive de nombreux participants à venir installer leurs stylos dans le coin.

Les différences entre le Nanowrimo et le camp Nano

Le Nanowrimo, comme son nom l’indique (pour ceux qui apprécient les acronymes) a lieu en novembre. Pendant un mois entier, des écrivains de tout l’univers (si on peut couronner des miss univers, je ne vois pas pourquoi on ne peut pas supposer que les extra-terrestres écrivent aussi) ne décollent plus de leur ordinateur. Le but : rédiger un roman de 50 000 mots en 30 jours. Pas le droit de commencer avant, ni de terminer après. Les règles sont strictes. Et le mois est intense. Très intense.

C’est un moment où vous ne répondez plus au téléphone, où vous ne mangez plus en famille que par obligation, où vous pensez écriture à longueur de journée et vous devenez un littéraire qui compte. Qui compte les mots.

J’ai adoré y participer (et aller jusqu’au bout) en 2015. C’est une période totalement inhumaine mais absolument exaltante.

Et comme les auteurs doivent être des gens un peu masos, une seule session de ce genre par an ne leur suffisait pas. Ils ont décidé de remettre ça. En modifiant quand même un peu les règles du jeu, histoire d’amener de la variété dans la torture.

C’est ainsi que les camps Nano sont nés. Le principe est toujours le même : vous avez un mois pour écrire. Sauf que c’est vous qui fixez votre objectif. Oui, si votre ambition est d’écrire 100 mots en un mois, vous pouvez le décider (quoique je ne sais pas si quelqu’un a déjà tenté d’inscrire un nombre aussi bas comme record personnel). Cette année, vous pouvez même modifier votre objectif en cours de route, si vous vous rendez compte que vous aurez un peu plus de mal que prévu à l’atteindre (si le temps d’avril est exceptionnellement beau et que vous préférez passer votre temps à vous promener dehors, par exemple).

Cette souplesse apporte un peu de souffle aux auteurs. Et, par ailleurs, les objectifs se partagent à plusieurs, à l’intérieur de cabines où l’on peut être coopté ou regroupé par hasard ou par affinités potentielles. C’est presque une colonie de vacances, où le travail de chacun fait gagner des points à tous (on dirait presque le système des points des maisons de Harry Potter, vous ne trouvez pas?).

Mon objectif pour le camp Nano 2017

Un des grands principes du Nanowrimo, c’est d’annoncer que l’on va participer. Parce qu’il est un petit peu plus dur (et humiliant) de lâcher son projet en cours de route quand on a dit à tout le monde quel merveilleux texte on allait composer sur le délai imparti.

J’annonce donc officiellement que… Tadam… je vais participer au camp Nano d’avril. J’ai rejoint une cabine composée exclusivement de femmes auteur. Ce qui est très amusant, c’est que nombre d’entre nous allons écrire dans le domaine de la SFFF… alors que la personne qui m’a invitée au départ écrit, elle, de la romance (c’est une collègue des éditions HQN).

Et comme les auteurs, c’est un peu comme une grande famille, je vous invite à visiter les pages de mes compagnes de cabane : Valery K. Baran & Hope Tiefenbrunner, Xenja, Lou MarieIsabella Mikaelson, Florence Cochet, Diana B. Rylia , Viviane Faure, Camille-Miko , Elora Martin.

Mon but, en avril, est d’arriver à un total final de 50 000 mots sur mon projet en cours. Je vous rassure tout de suite (ou pas) : je ne compte pas écrire 50 000 mots sur ce mois. J’ai déjà commencé à travailler sur mon nouveau texte. À l’heure où j’écris ces lignes (soit 1 h du matin, mes personnages n’avaient pas envie de dormir), j’en suis déjà à 9 000 mots. Et ceux qui ont déjà fait un Nano savent à quel point 1/5 de texte déjà écrit, c’est énorme !
Camp-2017-Participant-Profile-Photo

Et si vous voulez savoir de quoi parle ce nouveau projet… et bien je vous suggère de vous inscrire à ma newsletter !

Une réflexion sur “En avril je prends une cabane au camp Nano !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s