Pourquoi des héros en fauteuil roulant ?

Pourquoi des héros en fauteuil roulant ?

Ma première réponse à « pourquoi des héros en fauteuil roulant » c’est : et pourquoi pas ? Non, réellement, qui a dit que les héros devaient forcément être beaux, riches et musclés pour attirer les foules ? Ah oui, peut-être l’éditeur qui m’a dit, quand je lui ai fait lire le manuscrit de De l’autre côté des mondes : « personne ne va s’intéresser à un groupe de personnages. Et encore moins s’ils sont en fauteuil roulant ».

pourquoi des héros en fauteuil roulant

Comment on choisit ses personnages

Dans certains cas, on choisit ses personnages. On décide qu’ils auront telle apparence, tel caractère, qu’ils raffolent du chewing-gum et qu’ils détestent la cannelle… Parfois, ce sont eux qui nous choisissent. J’avoue que c’est souvent le cas pour moi.

Je ne me dis pas, avant d’écrire : tiens, je vais montrer un homme noir, histoire de rajouter un peu de diversité dans mon histoire. Les personnages s’imposent à moi, ils apparaissent, je les décris comme je les vois, j’apprends à les connaître et à détailler leurs caractères, leurs goûts. Pour moi, ils sont réellement vivants et, d’ailleurs, parfois leurs actes me surprennent.

Mais ça, c’est parce que j’écris sans plan

Alors pourquoi des fauteuils roulants dans mon roman

C’est une question qui revient souvent. Ainsi que la suivante « mais vous avez des personnes handicapées dans votre entourage proche ? ». En réalité, non. Mais je n’ai pas non plus découvert de faille pour voyager dans un monde parallèle. C’est ça, être auteur : être capable d’interroger le réel, de le transcender et d’imaginer des choses que l’on n’a pas vécues.

Un peu de documentation ne fait jamais de mal, cela dit !

Cette histoire, j’en ai tracé les premiers mots il y a bientôt vingt ans. Et, dès le début, mes personnages étaient handicapés. Je trouvais ça intéressant de me demander comment on pouvait sentir jusque dans sa chair le malaise de l’adolescence, l’impression d’être différent, seul… et passer ensuite dans un monde différent où tout devient possible.

Dans la vie, tout le monde est handicapé

Le rejet, la différence, ce sont là des thèmes qui me parlent et me touchent profondément. Et il faut bien reconnaître que le monde public, l’environnement scolaire, n’est pas toujours très tendre, ni très facilitateur dès qu’il y a un handicap.

Est-ce que le handicap est tout ce qui caractérise mes personnages ?

Pendant un certain temps, quand je présentais mon roman, je n’insistais pas sur le fait que les personnages étaient en fauteuil roulant. Pour moi, il s’agissait simplement de jeunes, certes un peu fragiles mais comme beaucoup d’entre eux, qui voyageaient vers un autre univers et y vivaient de nombreuses aventures.

Puis, d’autres personnes m’ont fait remarquer que c’était une caractéristique forte du roman. Les personnages tétraplégiques ne sont pas les plus nombreux en littérature fantastique. Et certains considéraient cela comme novateur, comme un souffle d’air frais. Une manière de dire « hé ho, tout le monde peut vivre des aventures. Même des handicapés. »

Le handicap ne doit pas être l'arbre qui cache la forêt

C’était, et ça reste, important pour moi que ce ne soit pas la seule chose qui les détermine. Mes personnages ont des caractères bien distincts, des sensibilités qui leur sont propres, ils sont tous différents. Le handicap n’est pas ce qui les résume !

Pourquoi les choses changent quand ils découvrent ce monde parallèle

Aujourd’hui, si je devais réécrire ce roman, peut-être que mes personnages emmèneraient leurs fauteuils avec eux dans le monde parallèle.

Mais la différence entre les deux univers pousse aussi mes héros à mieux se découvrir. Ils comprennent de nombreuses choses sur eux-mêmes et sur leurs forces justement parce qu’ils ont l’occasion de découvrir ce qu’ils pourraient faire s’ils n’étaient plus sanglés sur un fauteuil et dépendant de lui.

Et ce contraste est un des moteurs du roman.

Est-ce que c’est important d’avoir des personnages « différents » ?

Je crois que tous les personnages ont des failles, plus ou moins importantes. C’est cela aussi qui nous permet de nous intéresser à eux.

Je crois aussi que les romans transmettent des messages. Oui, s’il faut des romans avec des personnages féminins forts, avec des héros de couleurs diverses, avec des étrangers, des handicapés, des homosexuels… pour que le monde arrête de les regarder de travers, c’est important d’en écrire.

Il ne faut pas oublier que l’on se construit avec les livres, et que l’on construit aussi son empathie grâce à eux.

À ce sujet, je vous invite à lire le très bon article de Jo Ann von Haff : comment ajouter de la diversité dans ses romans.

La différence, c'est là où se niche la beauté intérieure

Est-ce que ça veut dire que je choisirai délibérément de placer ce type de personnages dans mes prochains livres ? Je ne sais pas. Parce que les personnages décident eux-mêmes, d’une part, et aussi parce qu’il ne faut pas qu’un tel procédé semble ampoulé, mal venu, sans raison d’être.

Mais… même si je ne fais pas de la littérature militante, le message que je transmets avec mes livres est important pour moi. Et, pour tout vous dire, comme je me sens de plus en plus concernée par ces sujets, il est fort possible que l’information circule au sein des personnages en attente d’auteurs et que quelques-uns viennent me voir. Ou se soient déjà introduits dans mes prochains romans.

J’aurais une question pour vous, sur ce sujet : quel type de personnage regrettez-vous de ne pas voir plus souvent dans les romans ?

 

Cet article a pu être écrit grâce aux Tipeurs :

Lameecarlate – Rodolphe

Devenez un mécène

Publicités

Un concours pour De l’autre côté des mondes !

De l’autre côté des mondes a donc été reproposé à la vente depuis quelques jours. Le démarrage de ce livre est plutôt positif et j’en suis assez contente. On parle en tout cas de lui, et c’était ce que j’en attendais !
Pour remercier tous ceux qui me suivent, j’ai décidé de lancer un concours sur ma page Facebook : Mélanie De Coster . Il vous suffit d’aimer la page pour participer à un Memory très facile, accessible ici.
Le concours est organisé pendant tout le mois de mars, ce qui vous laisse le temps de participer et de le partager.
Vous pourrez gagner un exemplaire dédicacé de De l’autre côté des mondes !

http://shakr.cc/6p93

Et dix ans plus tard… la réédition de De l’autre côté des mondes

Et dix ans plus tard… la réédition de De l’autre côté des mondes

Je vous avais déjà parlé de De l’autre côté des mondes. Je l’avais auto-édité il y a un peu plus de 10 ans, une époque où les auteurs auto-édités fonctionnaient encore en circuit presque fermé. Je n’avais pas de réseau, pas vraiment l’âme d’une commerciale… Il avait pourtant rencontré un petit succès d’estime, mais ce n’était pas allé beaucoup plus loin.

Alors que mon projet pour mon futur roman – aka #deBiblioteca – est plutôt bien parti (un agent l’a repéré et on travaille ensemble sur la dernière version), j’ai eu envie de redonner une nouvelle chance à ce titre. Peut-être aussi l’envie de retourner vers les lecteurs en douceur, à ma manière…

 Une nouvelle couverture pour De l’autre côté des mondes

Et voilà la nouvelle couverture, réalisée pour célébrer l’anniversaire de ce titre :

De l'autre côté des mondes Mélanie De Coster nouvelle couverture

Le monde de l’auto-édition a un peu changé en dix ans. Suffisamment pour que je puisse aujourd’hui proposer très facilement le livre en version numérique ou en version papier. Ce qui veut dire aussi que de nombreux lecteurs différents auront la possibilité de découvrir ou de redécouvrir De l’autre côté des mondes.
La couverture en dit maintenant un peu plus sur le contenu du livre. L’effet de surprise concernant les personnages principaux est en partie émoussé… mais le mystère ne durait pas au-delà du premier chapitre, de toute évidence, et il me parait aujourd’hui plus pertinent de l’annoncer dès le départ : oui, les héros sont de jeunes handicapés moteurs !

Un nouveau texte ?

En ce qui concerne le texte lui-même, il ne devrait pas surprendre énormément ceux qui ont déjà lu les versions antérieures. J’ai corrigé quelques erreurs (il en traîne toujours, malgré le temps de correction que l’on peut consacrer à un texte). Mais le style n’a pas été changé… pas plus que la trame de fond !
De l’autre côté des mondes est un roman que j’ai longtemps porté en moi et en lequel je continue à croire. Il y a longtemps maintenant que je l’ai écrit… Mon prochain roman sera forcément différent au niveau de la maîtrise de l’écriture. Mais ce n’est pas une raison pour le renier, loin de là.

À qui s’adresse ce roman ?

De l’autre côté des mondes est un livre dont les héros sont adolescents. Des lycéens qui découvrent le moyen de rejoindre un monde parallèle. Le roman est donc plus particulièrement tourné vers cette tranche d’âge. Cependant, certaines scènes violentes peuvent choquer les plus sensibles (une scène en particulier…). Je pense qu’il est important de le savoir avant de le lire.
Je pense aussi que les petites cases bien ordonnées ne sont véritablement pas pour moi (il vous suffit de regarder mon espace de travail pour le comprendre… Peut-être que je vous en posterai une photo un jour !). Donc, si ce livre s’adresse aux adolescents, il peut tout à fait être lu par des lecteurs adultes aussi. À vous de le partager et de l’échanger en famille !

Le commander en version papier

Version Kindle

Version Kobo

Quelques avis de lecteurs

Je vous poste aujourd’hui les liens vers quelques critiques pour De l’autre côté des mondes

:
http://bd-livres.psychovision.net/romans/de-l-autre-cote-des-mondes-072.php

https://boudoirdeladamoiselle.wordpress.com/2013/05/16/de-lautre-cote-des-mondes-melanie-de-coster/

http://www.autour-des-livres.com/2012/05/de-lautre-cote-des-mondes-de-melanie-de.html

Si vous avez d’autres critiques à me faire connaître sur mes titres et que vous voulez que je les relaie sur ce site, n’hésitez pas à me faire parvenir un message.

De l’autre côté des mondes

Ce livre est paru en auto-édition il y a quelques années, à une époque où je m’intéressais à ce mode d’édition et où j’avais envie de prendre un peu les choses en main par moi-même.

Je suis un peu revenue de l’auto-édition depuis, sans doute parce que je n’ai pas vraiment une âme de démarcheuse commerciale, mais cela ne m’empêche pas d’être fière du petit succès qu’il a déjà eu jusqu’ici. Dans les prochains jours, je vous posterai quelques liens vers des critiques et je vous parlerai des derniers échos le concernant.

Résumé : « Les temps changent » affirme l’Homme aux Noix. Les Bâclés ne le contrediront pas, eux les anciens rejetés de la classe, maintenant sauveurs de l’humanité. Ils ne sont pas très nombreux, cinq ou six, selon les versions. Mais ils sont attendus dans Laléa. Avant de rencontrer le Balafré, ils devront éviter des ombres armées de griffes, trouver des fermes invisibles, apprivoiser des êtres de légende… Apprendre, aussi, à reconnaître leurs amis. Laléa a besoin d’eux. Les Bâclés ont peut-être aussi besoin de Laléa. Merlin, leur professeur, sera leur guide dans leur traversée vers cet autre monde. Il sait que son aide ne sera pas suffisante. Et pourtant, il ignore encore qui hurle dans la nuit, et quels animaux se créent dans les secrets des châteaux. Les Bâclés avancent… 

Actuellement, ce roman est toujours disponible en édition numérique sur Amazon