éditions, HQN, L'Attraction de la terre, Le Secret du vent

L’Attraction de la terre, mon nouveau roman

Mon nouveau titre, L’Attraction de la terre, sort dans moins de 10 jours, il est donc temps de vous en dire un peu plus à son sujet. Vous allez tout savoir : de quoi il parle, bien sûr, mais aussi les coulisses du projet et comment il a été travaillé. Et vous aurez même une information en plus si vous lisez bien tout !

blog at.png

De quoi parle L’Attraction de la terre ?

L’Attraction de la terre, comme Le Secret du vent, se déroule sur l’île de Sein. Ça, c’est pour le cadre géographique, qui a été ici encore plus travaillé. Il y a des vrais morceaux de Bretagne dedans, avec la mer Celtique, quelques passages qui se situent à Audierne et à Brest… Je commence à connaître de mieux en mieux ce petit bout de territoire et ses spécificités. Quelques-unes se retrouvent dans le roman, et certaines anecdotes devraient vous amuser. J’avoue que c’est un plaisir de creuser ainsi dans les caractéristiques d’un endroit pour mettre un peu de réel dans une histoire qui est totalement inventée.

Dans ce livre, vous allez retrouver Gwenaëlle, l’héroïne duSecret du vent (ou faire sa connaissance, puisque j’ai écrit les deux livres pour qu’ils puissent se lire de manière individuelle. Mais j’y reviendrai par la suite). Elle a pris quelques années, son couple s’est laissé happer par le quotidien, et elle est à cet âge où l’on se demande si la vie qu’on mène est bien celle dont on rêvait. Elle est donc en pleine croisée des chemins… et les événements vont venir la bousculer.

Ces événements tournent autour de Max. Max, c’est son fils adoptif. Si Gwenaëlle a appris à maîtriser ses pouvoirs de sorcière, lui tente plutôt de les étouffer. Les seuls moments où il les utilise, c’est quand il doit ranger sa chambre ! Max a 16 ans, et c’est un adolescent typique… ou presque. Car Max vit très isolé sur cette petite île qu’il n’a jamais quittée. Il se sent seul, différent des autres, et il refuse de s’avouer que ses pouvoirs magiques ne sont pas sa seule différence.

Quand Antonin, de quelques années son aîné, revient sur l’île et que Max se sent irrépressiblement attiré par lui, ce dernier devra pourtant reconnaître ce qui (ou qui) fait battre son cœur plus vite que d’ordinaire.

Ce n’est pas si facile pour lui. D’une part, parce que nous sommes dans les années 80, et que l’homosexualité vient à peine d’être dépénalisée (et qu’il n’est pas évident de se construire différemment quand on vit dans une communauté isolée, sans contact avec l’extérieur). De l’autre parce que des sorcières l’attaquent, bien décidées à l’éliminer (quitte à faire beaucoup de dégâts autour de lui au passage… Mais c’est pour la bonne cause, diraient-elles).

Il y a même de la musique des années 80 dans le roman… et j’ai concocté une playlist spéciale pour retrouver les titres que mes personnages écoutent

Voilà donc un petit aperçu de ce qui se passe dans L’Attraction de la terre… (avec quelques loutres en plus !)

Pourquoi avoir choisi de parler de ces thèmes ?

Dans Le Secret du vent, sous couvert d’une histoire d’amour et de magie, j’avais beaucoup parlé de la vie dans un endroit isolé, de la difficulté de se sentir différent, de l’envie d’être accepté et non plus jugé… Pour moi, c’était l’un des principaux aspects du roman (bon, j’avoue, il y avait aussi beaucoup de tempêtes et d’événements surnaturels… Je me suis fait plaisir aussi).

Le jugement que l’on peut avoir sur les autres est un thème qui revient souvent dans mes romans, je ne vais pas le nier. Dans ce roman, il y a un peu plus d’action que dans Le Secret du vent (certaines lectrices qui l’ont lu en avant-première, et là aussi je reviendrai là-dessus plus tard, ont particulièrement apprécié les scènes de batailles). Max se retrouve donc plus exposé à sa propre crainte du regard des autres qu’à leurs critiques (bon, sauf en ce qui concerne les femmes qui veulent le tuer… qui, elles aussi, véhiculent toujours les mêmes clichés de « on veut détruire ce qui est différent de nous, sans se poser de questions »).

C’était important aussi pour moi de montrer que, parfois, on s’empêche de vivre des choses importantes pour nous parce qu’on a trop peur de ne pas être dans le moule qui est attendu. J’aime bien raconter des histoires qui font voyager, qui font vibrer, qui font rêver… mais, derrière, elles transmettent toujours un message.

Donc, oui, L’Attraction de la terreparle d’une histoire d’amour entre garçons. Et ce n’est pas le thème principal non plus. Parce que l’amour, quel qu’il soit, n’est qu’une des facettes de notre vie. Et là, dans la vie de Max, l’attaque des sorcières qui cherchent à le tuer occupe quand même beaucoup de place.

attraction de la terre 3d+ ebook

En ce qui concerne Gwenaëlle (on ne va pas l’oublier non plus), je crois que j’avais envie aussi de montrer à quel point on peut se perdre, justement, à trop tenter de se fondre dans ce fameux moule. Gwenaëlle a un chemin à faire. Elle a une quarantaine d’années, mais elle n’a pas encore fini d’évoluer, contrairement à ce qu’elle croit. Et ça aussi, c’est important à dire : il n’est jamais trop tard pour devenir qui vous avez envie d’être !

Comment j’ai travaillé ce roman ?

Quand j’avais écrit Le Secret du vent, j’avais terminé sur une fin ouverte. Je n’avais pas envie de quitter tout de suite Gwenaëlle, et je savais déjà que d’autres sorcières, un peu moins sympas qu’elle, patientaient dans l’ombre.

J’avais laissé tout cela en attente, pourtant. Puis, de plus en plus de lecteurs m’ont demandé cette suite. Avec de plus en plus d’insistance. Et comme je suis une faible femme, je n’ai pas su résister à la tentation.

J’ai donc commencé à réfléchir à la suite de ce roman. Très vite, il est apparu important pour moi que ce deuxième tome puisse se lire indépendamment du premier. Il y a des liens entre les deux titres, évidemment, des événements ou l’apparition de certains personnages qui seront plus compréhensibles en ayant toutes les données en main. Mais il peut très bien se lire tout seul parce que, si le premier tome était celui de Gwenaëlle, celui-ci est le tome de Max. Elle est présente, et bien présente, mais c’est son aventure à lui dont il est question.

J’ai donc travaillé ce roman en laissant chacun parler à tour de rôle. Ils vivent la même histoire, mais chacun de leur côté, et c’est une forme de construction qui était assez intéressante. Les chapitres sont très courts, aussi, pour que chaque lecteur puisse rapidement retrouver son personnage préféré (je me demande qui remportera le plus votre adhésion ?).

Même la maquette a été travaillée

Pour ce roman, comme le premier tome est édité en numérique chez HQN, et en auto-édition pour le papier, je n’ai pas eu à réfléchir longtemps sur le type d’édition que j’allais choisir : l’auto-édition s’est imposée d’office.

Afin d’être certaine de vous offrir la meilleure qualité de texte possible, j’ai donc fait appel à plusieurs bêta-lecteurs (que je remercie mille fois et plus). J’ai été confortée dans certains choix, j’ai modifié d’autres aspects en suivant leurs remarques… Bref, le livre fini a subi un travail éditorial réel (plusieurs de ces bêta-lecteurs travaillent dans le milieu du livre… et tous sont avant tout des lecteurs).

Comme j’aime bien que les livres soient beaux aussi, j’ai repris la maquette pour y insérer des illustrations intérieures (ça, c’est un petit cadeau fait à moi comme aux lecteurs du format papier).

Illustration JPEG copie

Comme je voulais qu’il y ait un esprit de continuité entre les deux tomes, la couverture a été réalisée par la même graphiste que celle qui a réalisé le format papier du Secret du vent.

Une île, de la magie, de l'amour...

Et voilà donc, maintenant vous en savez un peu plus sur L’Attraction de la terre. J’ajouterai qu’il sort le 29 mai. Et, si vous avez eu le courage de tout lire jusqu’au bout, je peux aussi d’ores et déjà vous révéler qu’il y aura un troisième tome !

 

 

 

éditions, HQN, Le Secret du vent, Vie d'auteur

Le Secret du vent sort en version papier

Il y a des moments clés dans la vie d’un auteur. Aujourd’hui, c’est celle de la sortie papier du Secret du vent. Elle a été précédée de nombreuses autres étapes.

lancement secret du vent

Un éditeur a sélectionné le titre

Nous sommes en 2012. Je déménage dans une région inconnue, que je me plais à découvrir. J’ai un peu plus de temps pour moi, un réel espace bureau. Je me remets à écrire un peu plus sérieusement. Et, sans vraiment trop y croire, j’envoie un manuscrit à une maison d’édition. Oui, à une seule. (je vous avais dit que je n’y croyais pas trop)

HQN à cette époque ouvre ses portes, et recherche de nouveaux auteurs, tous genres confondus. Je me dis que je n’ai rien à perdre à tenter l’aventure…

Le temps passe.

Et puis, un jour, je reçois un message sur mon téléphone « bonjour, nous avons lu avec attention votre manuscrit, L’île de la sorcière, et nous souhaiterions l’éditer. Est-il toujours disponible ? »

Je vous passe les sauts de joie un peu partout dans la maison, l’appel surexcité à mon chéri et la grosse respiration prise avant d’appeler l’éditeur.

joie2

Mon roman, qui s’appelait donc à l’époque L’Île de la sorcière, reçoit plein de compliments. J’entends qu’il s’agit de bit-lit qui sort des poncifs du genre, qu’il est vraiment intéressant et qu’ils sont enthousiastes à l’idée de le présenter. Il sortira uniquement en numérique dans un premier temps, puis, si le succès est au rendez-vous, la parution papier pourra être envisagée.

Des hauts et des bas

Tout était bien parti pour le titre qui allait s’appeler Le Secret du vent. Même si, entre temps, l’éditrice avec laquelle j’étais en contact est remplacée et que la maison d’édition a l’air de se tourner de plus en plus vers la romance. Mon contrat était signé et tout le monde (moi la première) avait envie d’y croire.

Le titre sort, en numérique donc. J’ai quelques doutes sur sa couverture et je ne suis pas certaine que le positionnement sur l’histoire d’amour (qui ne constitue qu’une partie de l’histoire) soit vraiment adéquat. Mais je fais confiance.

1ebd0-hqn_le_secret_du_vent

Le livre s’est vendu. Mais jamais suffisamment pour envisager la parution en papier. Je suis en partie responsable : j’étais persuadée à l’époque que c’était la maison d’édition qui se chargeait de la communication et de la promotion, et je suis restée inactive de ce point de vue-là.

Ils ont pourtant fait ce qu’ils pouvaient, ressortant même l’ouvrage dans un format Bundle avec une autre couverture.

4226b-hqn_clairdelune_1couv

J’ai pourtant quelques bonnes critiques. Et de plus en plus de personnes me demandent s’il sortira un jour en papier…

Prendre l’imprimeur par les cornes

Après beaucoup d’hésitation, je me décide à contacter HQN pour savoir s’il est possible d’envisager que je récupère les droits papiers de ce roman. Je n’ai rien à leur reprocher, mais je veux tenter une autre approche pour mon titre.

On se met d’accord et le livre s’apprête à repartir pour une nouvelle aventure.

À ce moment-là, la question s’est posée : auto-édition ou recherche d’un éditeur classique ? Qui accepterait de récupérer uniquement les droits papiers du livre ?

J’ai préféré ne pas perdre mon temps et mon énergie et faire, cette fois, ce que moi je voulais pour ce titre.

C’est ainsi que j’ai opté, après plusieurs échanges avec une graphiste, pour une couverture qui me plaît vraiment.

Secret du vent couv web

Et que j’ai même travaillé les pages intérieures pour proposer un livre qui soit aussi un bel objet à manipuler !

J’ai aussi revu le texte de la quatrième de couverture pour aller vers l’univers que je voulais vraiment mettre en avant dans ce roman.

Comment survivre sur une petite île de Bretagne quand on est une sorcière ? En refusant d’accepter ses pouvoirs.

C’est le choix que Gwenaëlle a fait des années plus tôt.

Mais le vent souffle, les légendes se réveillent… Et le passé de Gwenaëlle et de celles qui l’ont précédée la rattrape.

Alors que les éléments se déchaînent et que les événements se précipitent, comment assumera-t-elle son héritage ?

Et j’ai même concocté un petit booktrailer :

Et comme j’ai envie de lui donner un maximum de chance, Le Secret du vent peut même être commandé directement en librairie (il suffit de donner à votre libraire son titre et son auteur).

Dans les semaines qui viennent, je vais aussi participer à un certain nombre de séances de dédicaces. Essentiellement dans ma région mais je ne suis pas opposée à l’idée de me déplacer ailleurs.

Le Secret du vent est maintenant prêt à s’envoler !

HQN, Plumes Harlequin

Les plumes Harlequin

Dans l’aventure HQN, une maison d’édition numérique très dynamique, je ne suis évidemment pas la seule auteur présente.
Nous formons une petite troupe très sympathique et toujours prête à de nombreux partages et échanges. Oui, les auteurs peuvent être solidaires entre eux. C’est pourquoi, à l’instar de monsieur Gilles Milo-Vacéri, je vous invite à découvrir certaines des Plumes d’Harlequin sur leurs différentes pages. Elles sont toutes recensées ici … et elles sont toutes talentueuses !

éditions, HQN, Le Secret du vent, Rencontres au clair de lune

Rencontres au clair de lune

Les éditions HQN m’avaient donc fait confiance pour Le Secret du vent… et ils l’ont prouvé en le rééditant dans le cadre d’un « coffret » collectif paru en automne dernier (oui, oui, pour Halloween… Une bonne occasion pour frissonner en douceur) : Rencontres au clair de lune

Vous y retrouverez Le Secret du vent mais aussi les textes d’autres auteurs qui ont édité des textes fantastiques chez HQN.
Vous ne trouvez pas que la couverture donne envie de se blottir sous un plaid bien épais une nuit de pleine lune et de savourer sa lecture ?

éditions, HQN, Le Secret du vent

le Secret du vent

Le Secret du vent est la seule romance que j’ai écrite à ce jour… sur fond de fantastique bien sûr.

 Résumé : Une île bretonne entourée de brume… Des secrets de famille murmurés par le vent… Le souvenir de tragédies gravé dans la roche…
Maël est revenu. Maël, mon Maël, est de retour sur l’île. Enfin. Mais son arrivée réveille les vieilles histoires et rallume les braises des rancœurs passées. Je le sens bien : on murmure sur mon passage, les regards se teintent de suspicion et mes talents de guérisseuse ne sont plus considérés avec bienveillance. Je ne devrais pas me rapprocher ainsi de lui, je le sais, c’est dangereux. Mais c’est plus fort que moi. Il est mon phare dans la brume, et avec la tempête qui approche, j’aurai plus que jamais besoin de lui… 

Pour ce roman, que j’ai situé dans l’île de Sein, même si je ne la nomme jamais, je me suis longuement documentée sur la vie des insulaires et sur quelques traditions bretonnes. L’univers que j’ai créé est plein de brume et de mystère, comme de rites ancestraux qui se répètent de génération en génération. En le lisant, vous découvrirez le secret des origines d’une jeune femme rousse aux pouvoirs particuliers.

Édité chez HQN