Vie d'auteur

De retour de Livre Paris

Et voilà, c’est fait, je peux le dire : j’ai participé, en tant qu’autrice, à Livre Paris. Ce salon présente une envergure certaine (une chatte n’y retrouverait pas ses petits… et d’ailleurs, ce n’était pas toujours évident de voir tout le monde) mais je suis très heureuse d’y avoir participé. Tellement que j’ai oublié de prendre des photos ! Ce qui ne m’empêchera pas de vous en raconter un peu les coulisses.

Copie de Résolutions 2019

Chapitre 1 : l’annonce

Tout commence il y a quelques mois, quand mon éditeur m’annonce qu’il aura un stand sur ce salon. J’avais renoncé à y participer en tant qu’indépendante, par rapport aux frais que cela engendrerait (car il faut que vous le sachiez, les stands ne sont pas toujours gratuits sur les salons. Une des raisons pour laquelle je ne serai pas non plus, à mon grand regret, aux Imaginales cette année).

L’éditeur me demandait si je voulais profiter de l’occasion pour participer. Autant vous dire que j’ai répondu « oui » très vite (moi, enthousiaste ? Mais non, ça ne m’arrive jamais voyons).

200w_d-2.gif

Chapitre 2 : la préparation

Ma présence était donc confirmée sur le salon. Il me fallait donc en informer les gens qui me suivaient déjà, et qui pourraient être présents sur place.

J’ai donc commencé à dire sur les réseaux sociaux : coucou, je serai là.

J’ai très bien fait, puisque… (ah non, ça se sera pour un chapitre suivant!). Cela dit, certains n’avaient quand même pas vu passer l’info et m’ont dit, après le salon « ah bon, mais tu étais là ? ». Comme quoi, on ne peut jamais assez communiquer !

slp twitter-2

Ensuite, j’ai fait imprimer des marque-pages spécialement pour l’occasion. Il était temps : De Biblioteca n’avait pas encore de marque-pages à son effigie ! Il se sentait seul, le pauvre…

Chapitre 3 : le départ

Les jours qui précèdent le salon, l’effervescence monte. À tel point que j’ai fini par faire une liste des choses à emmener avec moi pour ne rien oublier ! (et pourtant, vu tous les salons que j’ai faits dernièrement, je n’aurais plus besoin de liste en principe. Mon sac est toujours prêt, avec des stylos et des marque-pages, l’essentiel quoi!)

J’achète des réserves de chips et de M&M’s pour me préparer à affronter les trajets et les longues heures sur le stand.

Je change d’hébergement à la dernière minute parce que la personne qui devait m’accueillir était tombée malade (et là, je dois quand même dire qu’il faut remercier les gens qui m’entourent. J’ai toujours du mal à demander des services, mais je sais qu’il y a des gens autour de moi, même loin, qui me dépanneront si j’en ai besoin. Et ça, croyez-moi, c’est précieux).

Mon éditeur m’informe ensuite qu’il n’a presque plus de stock de mon livre (on est en train de parler réimpression, là!), et me demande de venir avec un peu de ce que j’ai chez moi. Vous m’imaginez, dans le train et le métro, avec ma valise, mon sac spécial dédicaces, et un autre sac de livres ? Et bien je l’ai fait !

200w_d-3.gif

Chapitre 4 : Le salon

Je me suis donc levée à l’aube vendredi matin pour être sur le pont pour les premières dédicaces de la journée. Les portes du salon ne s’ouvrent pas avant 10 heures… même pour les auteurs !

Je me rue donc dans les allées pour arriver à l’heure, salue quelques têtes au passage (y compris quelqu’un qui m’a reconnu dans la file d’attente à l’entrée, une autrice qui passait me voir pour débuter sa journée…). L’ambiance était déjà donnée : sur place, on va se retrouver avec du monde qu’on aime.

Mon stand était au bout du mondedu salon. L’avantage, c’est que cela m’a permis d’avoir de longues discussions avec ceux et celles qui sont venus me voir. Car certains et certaines m’avaient notée sur leur liste de gens à voir, ayant bien noté que je serais présente !!! On a parlé de tout : d’éducation, de sport, de livre… C’était trop, trop bien.

Quand je n’étais pas en dédicace, j’allais voir les copains et copines (et j’ai encore acheté quelques livres, mais j’ai été raisonnable). Parfois, on reconnaissait quelqu’un qu’on suivait déjà sur les réseaux sociaux « cette tête me dit quelque chose » et on échangeait quelques phrases avant de se laisser emporter par la marée de la foule, et ne plus se revoir. Parfois, on voyait une tête apparaître au loin, en se disant qu’il fallait aller la saluer, puis elle disparaissait dans la marée humaine. Parfois, certains stands semblaient disparaître, avalés par un triangle des Bermudes spécifique à Livre Paris.

Capture d’écran 2019-03-21 à 12.24.55.png

Et j’ai pu expérimenter quelques techniques de survie pour ce type d’événements.

Chapitre 5 : les techniques de survie

Non, parce qu’il ne faut pas rigoler, je suis sûre qu’il y a des morts à chaque salon, écrasés par le poids des livres achetés par exemple ! Ou prêts à faire dédicacer leurs livres avec leur sang après avoir fait le pied de grue pendant plus d’une heure dans une file d’attente.

De mon côté j’ai :

  • trouvé des toilettes plus discrètes que les autres (ou je n’ai jamais du patienter pour avoir une place) ;
  • évité la queue au stand de nourriture en venant avec mes sandwichs le matin ;
  • superbement ignoré les stars qui rameutaient les foules pour aller faire signer des livres par des auteurs qui avaient du temps pour discuter (c’est plus sympa) ;
  • mis des bonnes chaussures parce qu’on marche beaucoup au salon ;
  • réparti mes achats sur plusieurs jours pour ne pas entièrement me déboîter l’épaule ;
  • pris des raccourcis par des endroits vides quand je devais rejoindre mon stand (un entrepôt froid et isolé, caché derrière des rideaux blancs…) ;
  • choisi d’arriver tôt le matin, et de rester tard le soir, quand la foule s’est dispersée.

Il fallait au moins tout ça pour survivre !

Chapitre 6 : le bilan

C’est le moment où on se dit : alors, ce salon, bien ou pas ? C’est une discussion qu’on a beaucoup entre auteurs.

Livre Paris, c’est une grosse machinerie. Il m’a permis de rencontrer des gens qui ne font presque que ce salon-là sur l’année. Donc, ça, c’est positif. Par contre, humainement, je crois que je préfère les salons de taille plus restreinte, à l’ambiance plus humaine. C’est tout bête, mais sentir qu’on existe pour les organisateurs, cela compte aussi énormément (et cela crée aussi une autre ambiance pour le public, plus chaleureuse).

Ce salon était une expérience. Et je le referais sans doute si on me le propose. Mais, je l’avoue, d’autres salons gardent encore la première place dans mon cœur (enfin, les premières places, même).

Néanmoins, je suis ravie de tous les échanges que j’ai pu avoir sur ce salon, des têtes venues d’ailleurs que j’y ai retrouvées, des rencontres qui ne peuvent avoir lieu que là.

Et vous, c’est quoi votre salon préféré ?
Publicités
Vie d'auteur

Mes objectifs 2019

Beaucoup de gens prennent des résolutions en début d’année. Moi, je préfère me fixer des buts. Ou des objectifs. Voici donc (tadam!) la liste des choses que je veux faire en 2019 (et on se retrouvera dans quelques mois pour faire le point).

Résolutions 2019.png

Côté écriture

Alors là, il y a du pain sur la planche les amis.

  • Terminer Le Secret du vent 2 : il est bien avancé, je travaille dessus presque tous les jours. Je n’ai pas écrit autant que je voulais sur ce titre pendant le nanowrimo, mais j’en suis au moins à la moitié, si pas aux deux-tiers, du premier jet. Je compte bien le sortir cette année, au mieux pour les Imaginales, au plus tard pour les Aventuriales (ce qui me laisse l’été en plus comme date de sortie, c’est pas beau, ça).
    les murmures du vent
  • Terminer mon roman pour plus jeunes lecteurs : ma fille me le réclame, ça fait des mois que je progresse comme une tortue dessus. Je dois le terminer avant qu’elle ne soit trop grande pour avoir envie de le lire. Ce qui va le plus m’ennuyer pour ce texte, c’est que je l’ai travaillé sur des carnets, à la main, et que je dois tout retaper !
  • Retravailler Complètement mordu : celui-là devrait aussi sortir en auto-édition, la trame existe, une grosse partie du texte aussi. Il faut reprendre une bonne partie, transformer certaines choses. J’aimerais bien vous le proposer pour décembre 2019 (en indé, donc, la seule maison d’édition à laquelle je pensais pour l’envoyer venant de fermer ses soumissions. Ce qui me donne une bonne raison pour le garder pour moi, na!).
  • En option, si j’ai du temps (ah, la bonne blague) : continuer mon guide d’écriture. Il est bien entamé, mais il y a encore beaucoup de travail à faire dessus, et ce n’est pas une priorité pour moi (je suis sûre que vous préférez lire mes histoires, en plus, non?)

Côté communauté

Comme je le disais dans mon bilan 2018, vous êtes de plus en plus nombreux à me suivre, et ça c’est chouette (merci et plein de bisous pour vous).

Mais ce pourrait être encore mieux. Soyons honnête : si je veux un jour pouvoir vivre de l’écriture, et avoir encore plus de temps pour vous proposer des textes régulièrement, il faut que vous soyez encore plus nombreux à me connaître. Partagez l’amour, les gars !

Donc je voudrais avoir plus d’inscrits à ma newsletter et plus d’abonnés qui me suivent sur les réseaux sociaux.

Et, pour vous remercier, je vous proposerai :

Ce qui va se passer

Par conséquent, en 2019, vous aurez encore de nouvelles occasions pour me lire.

J’ai aussi l’intention de continuer à participer à de nombreux salons du livre et dédicaces, parce que c’est ainsi que j’ai rencontré nombre d’entre vous ! N’hésitez pas à me dire quand vous me lisez déjà sur internet, ça me fait plaisir.

Je vais continuer à me consacrer plus à l’écriture sur les romans que sur les nouvelles des appels à texte. J’en ai fait un peu en 2018 mais je n’arrive pas à m’y investir autant que sur mes histoires longues. Il faut choisir ses priorités.

J’aimerais aussi proposer plus d’ateliers d’écriture, voire de conférences (il y en a déjà une qui se prépare pour le Salon Fantastique en novembre 2019!). J’aime bien avoir l’occasion d’échanger avec vous, et avec d’autres auteurs, sur l’écriture et le livre.

 

Et vous, quels sont vos objectifs pour cette année ?

Vie d'auteur

Bilan de l’année 2018

C’est un peu l’exercice de rigueur en cette période de l’année, mais faire un bilan permet aussi de faire le point, de voir si l’on a respecté les engagements que l’on avait pris avec soi-même ou si on vient de passer douze mois à procrastiner. Et ça aide également à prévoir l’année suivante. Le bilan est donc un exercice obligatoire en comptabilité et fortement conseillé en général.

Voici le mien.

bilan 2018

Du point de vue de l’écriture

C’est évidemment ce qui vous intéresse au premier plan. Et un peu moi aussi, je l’avoue.

Début janvier, je prévoyais au moins une sortie pour l’année (De Bibliotecaou Lettres du Kansas, le suspense était insoutenable), et je vous annonçais travailler sur un roman young adult FF sur fond dystopique, un roman pour jeunes lecteurs et un guide d’écriture.

Résultat :

  • De Biblioteca  est bien paru, il y a presque deux mois. Le démarrage est un peu plus lent que je ne l’escomptais, mais il se vend bien quand je suis en dédicace et les premiers retours sont positifs (ce qui est encore mieux). Il est encore tout frais, donc je n’ai pas de recul sur lui, mais il est là, et bien là.
  • Lettres du Kansas reste actuellement en lecture chez deux éditeurs (le monde éditorial a un calendrier qui lui est propre, et certaines réponses se perdent parfois dans l’espace-temps). J’avais eu un premier retour positif d’un éditeur qui ne s’est pas confirmé, l’épistolaire représentant un genre très difficile à placer. À l’époque, je vous disais que s’il n’était pas retenu par les rares éditeurs à qui je l’avais envoyé, je l’éditerais moi-même. Actuellement, mon avis est un peu moins tranché sur la question. Au stade actuel, je me donne jusque fin janvier pour décider de l’envoyer ou non à d’autres éditeurs.
  • Mon roman young adult dystopique est terminé, et en lecture chez deux éditeurs actuellement. J’ai assez peu parlé de lui jusqu’ici et je ne sais pas non plus si je vais chercher à le faire éditer par ailleurs ou le gérer moi-même.

Mes deux autres projets sont en stand-by, le roman pour jeunes lecteurs est presque terminé, le guide est à peine entamé.

J’ai rédigé ma première fan fiction,qui continue à récolter des votes sur Wattpad (et j’avoue que ça fait du bien au moral!)

complètement mordu

Surtout, j’ai commencé à écrire pendant le nanowrimo la suite duSecret du vent,qui est mon gros projet du moment et qui sortira en 2019 (Alerte Scoop), si je maintiens mon calendrier d’écriture.

Du point de vue éditorial

Vous l’avez vu, en-dehors du tome 2 du Secret du vent, qui sera auto-édité, je suis en ce moment en phase de grosse réflexion par rapport à l’auto-édition. C’est peut-être simplement un coup de fatigue de la fin de l’année, mais l’édition indépendante demande énormément d’énergie, et j’aimerais bien pouvoir me reposer un peu sur des éditeurs pour quelques-uns de mes prochains titres.

Cette année, j’ai sorti deux romans :

  • Image(s),qui était une réédition, donc pour lequel j’ai surtout effectué un travail de communication, quoique restreint.
  • De Biblioteca,qui est représenté par mon éditeur, mais pour lequel je participe énormément à la communication.

Révélation de Noël _ les bibliothécaires contrôlent e monde !Toutes les infos dans De Biblioteca, de Mélanie De Coster

J’apprécie toujours autant d’être décisionnaire quand j’édite mes romans, mais l’alternance des deux solutions me permet de m’économiser un peu. Cela dit, le délai de réponse des éditeurs peut parfois être incroyablement long, et cette attente me fatigue aussi.

Je n’abandonne donc pas l’auto-édition, mais il va réellement être nécessaire que je réfléchisse à quelle stratégie je veux adopter pour mes prochains titres. Parce que, oui, il y en aura en 2019 !

Du point de vue de la communication

En tant qu’auteur indépendant, il y a énormément de temps consacré à communiquer, afin de se faire connaître. Parce qu’on ne dispose pas des budgets publicitaires des grosses maisons d’édition, parce qu’on ne peut pas non plus solliciter indéfiniment les journalistes ni les libraires, une grande partie de nos actions s’effectuent en ligne.

Début 2018, j’avais :

Aujourd’hui, j’ai :

français

La progression est donc réelle. Plus que des chiffres, elles signifient que de plus en plus de gens me prêtent suffisamment d’importance pour avoir envie de me suivre, et ça c’est extraordinaire !

Le nombre d’abonnés à ma newsletterest encore un peu bas à mon goût, c’est quand même un espace privé où je parle à mes abonnés (en plus de leur fournir des cadeaux comme des textes inédits). Je pense que l’on reparlera de cela dans mon prochain article sur mes projets pour 2019.

Mais la communication, ce n’est pas que cela.

Du point de vue des rencontres

2018 a été une année extraordinaire au niveau des rencontres. J’ai noué de véritables liens d’amitié avec des auteurs. Principalement les membres des Auteurs Indépendants du Grand Ouest, qui forment une famille chaleureuse où j’ai trouvé ma place. Je suis très heureuse de les avoir rejoint. Car oui, la solitude est l’un des écueils de la vie d’autrice. Grâce à eux, je me sens nettement moins seule dans ce que je fais.

Mais il y a aussi les autres auteurs et autrices que j’ai rencontrés au fil des salons ou sur le net, que l’on retrouve régulièrement, toujours avec le même plaisir. C’est incroyable cette énergie et cette générosité qui émane de vous, j’ai fait tant de belles rencontres cette année ! Et même si je me sens toujours toute petite face à certains d’entre vous (fichu syndrome de l’imposteur), vous ne m’avez pas fait sentir inférieure à vous, et ça c’est assez chouette.

Ces salons m’ont également permis de rencontrer des lecteurs. Certains plusieurs fois, même. Et ça aussi, c’est un bonheur indescriptible. Vous êtes de véritables curieux, passionnés, gourmands et qu’est-ce que c’est chouette de parler livres avec des gens qui aiment ça !

en avant -première au

Cette année, j’ai fait pas moins de 18 séances de dédicace (!!!). Dont certaines sur plusieurs jours. Ça m’a demandé, je le reconnais, beaucoup d’énergie. Mes filles n’ont pas toujours été ravie de laisser partir leur maman, mon mari a été d’une patience d’ange en acceptant systématiquement que je l’abandonne tous ces week-ends.

J’ai compris que cela fait aussi partie du métier d’autrice (mais je dois avouer quand même que je suis contente d’avoir quelques semaines de répit en cette fin d’année avant de recommencer).

Du point de vue des ventes

Alors, quels ont été mes best-sellers cette année ?

C’est un peu difficile à estimer, parce que tous les titres ne sont pas sortis au même moment.

Néanmoins, de manière générale,

  • Le Secret du vent compte toujours parmi les titres les plus plébiscités (du moins en salon).
  • De l’autre côté des mondescontinue sa petite vie, mais c’est beaucoup plus calme pour lui.
  • Image(s), sorti cet été, a effectué un beau démarrage et il se maintient plutôt pas mal, d’autant que c’est loin d’être le titre sur lequel je communique le plus.
  • Mon Carnet de gratitude continue à se vendre, doucement, ce qui me fait plaisir.
  • De Biblioteca a effectué une percée surprenante. En seulement deux mois, j’en ai déjà vendu plus que De l’autre côté des mondes sur toute l’année, et presque autant que Le Secret du vent sur toute l’année aussi. (oui, quand je parlais de démarrage lent, je me rends compte que je n’étais peut-être pas tout à fait objective, en réalité).

Vous aurez seulement deux choix, l'amour ou la peur. Choisissez l'amour, et ne laissez jamais la peur se retourner contre votre cœur enjoué.

Soyons honnête : je ne vends pas encore assez de livres pour pouvoir dire que c’est ma principale source de revenus. Soyons encore plus honnête : cette année, entre les achats matériels (marque-pages, kakemono…) et les frais divers liés au salon, j’arrive tout juste à l’équilibre financier. Néanmoins, il s’agissait de ma première année intensive d’écriture et de séances de signature. Les choses vont vraiment s’installer, je pense, dans les années à venir (j’espère, les gars, parce que je ne compte pas disparaître tout de suite du paysage).

Du point de vue du blog

Je n’ai pas été tout à fait aussi régulière que prévu, mais j’ai quand même posté des articles régulièrement. Certains ont beaucoup plu (mes derniers articles surle syndrome de l’imposteur, ou sur la vie de salon d’un introvertiont obtenu pas mal de réactions, notamment sur les réseaux sociaux).

Mon compte de mécénat sur Tipeee ne me rapporte même pas de quoi me payer un thé par mois (mais j’ai toujours du mal à demander de l’argent, alors je ne l’utilise sans doute pas tout à fait comme il faut).

Du point de vue personnel

Le bujo ? Arf, pas de temps pour ça.

Le sport ? Oui, quand ça me prend (c’est à dire deux séances tous les deux mois).

Les autres loisirs, comme le dessin ou la guitare ? Oui, c’est cool, mais quand est-ce que je dégage du temps pour écrire, moi ?

Je me rends compte que je me suis tellement investie dans l’écriture et tout ce qui va autour (la communication, les séances de dédicace) que j’ai un peu négligé les autres sphères de ma vie. Le ménage passe en dernier sur ma liste de tâches, j’ai bien trop souvent mal au dos à force de passer des heures devant l’ordinateur, je n’ai presque plus fait de promenades ni de recherches de géocaches… Difficile, hein, d’être présent sur tous les fronts ? (vous faites comment, vous?)

 

Bilan du bilan : ce fut une année très enrichissante, mais aussi très fatigante. Avec des pics émotionnels parfois. Avec plein de bons moments, de beaux échanges et de belles rencontres.

Comment sera la suivante ?

comment vivre une séance de dédicaces quand on est introverti
Vie d'auteur

Comment vivre une séance de dédicace quand on est introverti

Bonjour vous ! Si vous savez à quel point ces simples mots m’obligent à sortir de ma zone de confort, vous me comprenez. Oui, je suis une introvertie, et je l’assume. Et même que cela ne m’a pas empêché de vivre plein de salons et de séances de dédicaces en 2018 (18, si mes comptes sont corrects). Comment j’ai traversé tout ça et comment aller volontairement dans des endroits plein de monde alors que notre seul rêve dans la vie c’est de rester enfermé avec un livre et une théière pleine ?

comment vivre une séance de dédicaces quand on est introverti

C’est quoi être introverti ?

Comme toujours, on commence par les bases, c’est-à-dire les définitions. Parce que, non, tout le monde ne sait pas ce que c’est une personne introvertie (vous le saviez, vous?).

Si je voulais faire simple, je me contenterais de dire que c’est le contraire d’une personne extravertie. Vous savez, ces gens qui adorent voir du monde, qui attirent l’attention, parlent fort, sont toujours en train de plaisanter et qui ont plein d’amis ?

 

Une personne introvertie, c’est l’inverse. « oui, c’est quelqu’un de timide, quoi » diront la plupart des gens. En réalité, c’est beaucoup plus complexe que cela. À tel point qu’il y a même eu des études scientifiques sur le sujet (si, si, même moi je suis étonnée).

Donc, en gros, tout se joue dans le cerveau. La chimie du cerveau d’un introverti est différent. Ah ben tout de suite, si c’est médical, ce n’est plus la même chose, n’est-ce pas !

Et concrètement, comment ça se passe pour une personne introvertie ?

Une personne introvertie, comme moi, sera nettement plus à l’aise en petits comités qu’au milieu de la foule (voire même seule). Les interactions sociales deviennent physiquement et mentalement épuisantes. À tel point que le besoin de s’isoler pour recharger les batteries devient absolument nécessaire.

2795427-signs-you-are-an-introvert-5ae1ee6f0e23d9003989ee1e

Pire, elle va passer son temps à tout sur-analyser. Vous vous rappelez quand vous étiez adolescent et que vous trouviez la réplique qui tue trois heures après ? C’est la même chose… en permanence. C’est-à-dire qu’on va se demander perpétuellement si on a dit ce qu’il fallait, avec le bon ton, si on a été bien compris, et se fustiger pendant des mois (oui, pas des heures, des mois ou même des années) pour une réplique maladroite. Ou que l’on se retrouve à sortir des répliques pourries parce qu’on a l’impression que c’est ainsi que les gens normaux agissent (je ne sais toujours pas pourquoi à 16 ans j’ai pu demander à un garçon qui me plaisait et qui m’interrogeait sur mon prénom « à ton avis c’est quoi ? ». J’avais vu ça dans un film, j’avais trouvé ça mystérieux et séduisant. En vrai, c’était ridicule. Et, oui, j’y pense encore).

Mais alors, comment ça se passe quand on fait des dédicaces ?

Une séance de dédicaces, et plus encore un salon, c’est l’assurance d’être au milieu de plein de personnes, d’inconnus avec lesquels il faudra parler et faire bonne impression.

Autant vous dire que, dans ces circonstances, vouloir participer à des salons littéraires, c’est comme décider d’entamer une course d’obstacles alors qu’on est en pleine amputation du gros orteil. C’est douloureux et le résultat est loin d’être garanti !

Or, beaucoup d’autrices et d’auteurs sont justement des introvertis. Pas de bol, hein ! C’est ainsi que l’on voit ces masochistes vissés sur leur chaise, le nez plongé dans un livre pour ne pas rencontrer un regard, ou fixant les passants sans oser leur adresser la parole. Heureusement, ce n’est plus la majorité, parce que genre d’attitude se rapproche bel et bien du carnage.

4b315aff-3441-4e9f-a9d3-70778fefdec9

Pour qu’un salon soit réussi, il faut s’autoriser à aller à la rencontre des lecteurs. Accepter aussi de se prendre de nombreuses claques virtuelles. Et se permettre de ne pas être parfait (un salon, c’est un speed dating permanent. Vous ne pourrez pas séduire tout le monde, de toute manière).

Ce que j’ai appris au fil des salons

Bizarrement, ces salons m’ont fait progresser. Je ne suis toujours pas une grande fan des grands groupes, et il m’arrive encore trop souvent d’avoir envie de me cacher dans un trou après avoir parlé et dit n’importe quoi, mais j’ai appris que j’étais capable d’interpeller des gens que je ne connaissais pas et d’échanger cinq phrases polies avec eux sans que mon corps n’entre en combustion spontanée.

J’ai fait de belles rencontres, eu de beaux échanges, comme autant de petites fenêtres qui s’ouvrent sur la vie des gens qui discutent avec moi lors des ces séances.

48275191_2072976976090316_8032296074309795840_n.jpg

Oui, j’utilise peut-être cinquante fois sur la journée les mêmes phrases d’accroche (et ça aide pas mal d’avoir ces échelles de secours auxquelles se rattraper pour affronter la course d’obstacles). Mais je m’intéresse aussi vraiment aux gens en face de moi et je suis reconnaissante du temps qu’ils m’offrent de leur côté.

Je sais aussi que ce genre d’événements est à la fois très porteur pour moi, et particulièrement épuisant aussi. Après une séance, je n’ai pas envie de parler, pas même à mes proches (je fais pourtant des efforts, rassurez-vous, je ne me transforme pas en ermite non plus), j’ai juste envie de calme, de solitude et d’un bon livre dans un coin chaud.

Est-ce que je continuerai à faire des salons ?

Je peux immédiatement répondre « oui » à cette question. D’une part parce que c’est aujourd’hui nécessaire, dans mon activité d’autrice, de me faire connaître par ce biais-là. De l’autre parce que j’ai pu faire de belles rencontres de cette manière (je pense aux auteurs et autrices que je retrouve régulièrement, aux blogueurs et blogueuses que l’on croise aussi, aux lecteurs qui me font des retours tellement chaleureux…) et que je n’ai pas envie de m’en priver. Je suis introvertie, ça ne veut pas dire que je n’aime pas les gens, juste que trop de monde, d’un coup, me fatigue.

Et je continuerai aussi parce qu’il faut savoir dépasser ses limites, sortir de sa zone de confort. C’est ça aussi, pour moi, être artiste. Ne pas se contenter de ce que l’on connaît par cœur mais prendre des risques et faire des expériences.

Et vous, de votre côté, comment vous vivez ces salons ? Ou votre vie d’introverti ?

Au fait, comme je suis toujours mille fois plus à l’aise à l’écrit qu’à l’oral, je vous rappelle que ma newsletter vous permet aussi d’échanger avec moi (en plus de recevoir des textes inédits et des petites gourmandises littéraires!). Inscrivez-vous 

 

lutter contre le syndrome de l'imposteur
Vie d'auteur

Comment soigner le syndrome de l’imposteur chez l’écrivain

Comme bon nombre d’auteurs et d’autrices, d’artistes en général, même, je souffre du syndrome de l’imposteur. Si, si, c’est cette petite voix qui dit « mais qu’est-ce qui peut te laisser croire que tu sais écrire ? Toi ? Laisse-moi rire ! ». Il paraît que ça soigne… Et si on voyait ensemble comment.

lutter contre le syndrome de l'imposteur.png

Qu’est-ce que le syndrome de l’imposteur ?

Ah, le syndrome de l’imposteur… C’est une expression que tous les gens qui doutent un peu d’eux-mêmes ont appris à connaître ces dernières années. Une expression qui cherche à les rassurer « mais non, tu n’es pas nul, c’est juste ton syndrome de l’imposteur qui prend le dessus, ne te laisse pas avoir ». Parfois, ça suffit.

Il faut dire que c’est relativement nouveau comme concept. Il date de la fin des années 70 et il vient tout droit des États-Unis. Il concernerait souvent des personnes très douées (voire surdouées) qui se persuaderaient elles-mêmes que leurs travaux ne méritent pas vraiment l’attention des autres. Il serait aussi lié à une peur de réussir : ce serait plus facile de se dire qu’on est nul, et donc de ne pas prendre le risque de se mettre en danger (et de se voir confirmé ce que l’on craint au fond de soi).

D’un point de vue pratique, quelqu’un qui souffre du syndrome de l’imposteur ne se sent pas légitime dans ce qu’il fait, et a toujours l’impression qu’il va être démasqué et qu’on va lui dire d’arrêter de faire semblant d’être ce qu’il n’est pas. Il existe même un test qui permet de déterminer à quel point on est atteint !

Je connais très bien ce principe : après avoir obtenu mon permis (assez tard), il m’a fallu plusieurs années avant de ne plus craindre que quelqu’un ne vienne me l’enlever en me disant que c’était une erreur. C’est ridicule, oui, je sais. Mais vous avez déjà essayé d’être plus fort que votre esprit ?

Voir le verre à moitié plein ou à moitié vide... Mais y-a-t-il un verre ?

Pourquoi est-il aussi présent chez les artistes ?

Je suppose qu’il existe des métiers où il devient impossible de douter soi-même de ses compétences. Ou, en tout cas, où cela devient plus difficile (quoiqu’une personne souffrant du syndrome de l’imposteur aura toujours l’impression que c’est uniquement grâce à la chance qu’elle réussit, et que cela ne peut pas durer… même quand cela dure).

Cependant, c’est un point que l’on retrouve souvent chez les artistes. Après tout, comment savoir ce que l’on vaut quand les seuls critères de jugement sont forcément subjectifs ? Que l’on soit acteur, peintre, chanteur ou auteur, nous pouvons recevoir aussi bien des compliments que des critiques. Il est quand même relativement rare que seule l’une des deux facettes se présente.

Or, combien d’artistes s’avouent plus impactés par une seule critique négative que par vingt éloges ?

Comment juger de son talent quand on écrit ?

J’avais déjà parlé de ce qui permet de dire que l’on a du succès quand on écrit. Et le débat était déjà bien large. Mais il le devient encore plus dès que l’on aborde cette question : qu’est-ce qui permet de se positionner, réellement, en tant qu’auteur ou autrice ?

Pour certains (et notamment bon nombre de prix littéraires), c’est le fait d’avoir été édité par une maison d’édition.

Mmouais. J’avoue que quand je vois certains romans parus ces dernières années, je ne suis plus tout à fait certaine que cela soit obligatoirement un gage de qualité.

D’avoir du succès alors ? Vous pouvez reprendre la phrase précédente et l’adapter, le raisonnement reste le même.

Cadeau du jour _ vous pouvez continuer à écrire

Personne ne peut dire ce qui fait qu’un titre ou un auteur mérite réellement le détour. Parce que même les livres dont, personnellement, je ne voudrais même pas pour m’aider à redresser un meuble ont plu à des gens et qu’ils ont donc rencontré leurs aspirations, leurs envies, leurs besoins. Et ce n’est pas parce que je ne le partage pas que je peux me permettre de le dénier. À l’inverse, je connais des romans merveilleusement bien écrits qui ne rencontrent pas le succès qu’ils méritent, chez les auteurs indépendants comme chez ceux en maison d’édition.

Et si c’était une piste pour soigner un peu le syndrome de l’imposteur : il n’y a pas de bons ou de mauvais livres, juste ceux qui ont la chance (ou pas) de rencontrer leur public.

Oui, mais alors, comment se positionner ? Comment, en tant qu’auteur ou autrice, savoir s’il faut persévérer dans cette voie.

Pourquoi les commentaires et les chroniques ont autant d’importance

Nous vivons dans une époque où le livre reste un peu le parent pauvre de la culture. De la culture médiatique s’entend : les écrivains sont quand même assez rares sur les plateaux de télé (bon, cela dit, les danseurs, les peintres, les scénographes et plein d’autres corps de métier absolument géniaux aussi… pourquoi est-ce que je n’arrive jamais à être totalement de parti pris, vous pouvez me le dire ? Revenons à nos moutons).

Pour savoir si son roman plaît, un auteur ou une autrice se tourne donc, et c’est normal, vers son public. Alors oui, une critique négative fait mal. Si on ne récolte que des commentaires de cet acabit, il est légitime de se poser des questions. À l’inverse, s’ils sont tous enthousiastes, on peut aussi commencer doucement à se réjouir. On l’a dit pourtant, il est assez rare que cette situation se présente et même elle peut être faussée (si tous les commentaires viennent d’amis dans le deuxième cas, ou que le livre en question n’est pas lu par le public auquel il est destiné dans le premier).

Alors, ce qui permettra vraiment de faire un bilan, c’est quoi ? Le nombre. C’est comme toutes les statistiques : plus la quantité de personnes interrogées est importante, plus le résultat a du sens.

Est-ce difficile d’obtenir des commentaires et des chroniques ?

A première vue, l’équation paraît simple : plus vous êtes lus, plus vous aurez de commentaires et de chroniques. Pour le vérifier, j’ai voulu juste regarder sur Amazon ce qu’il en était. Le premier tome d’Harry Potter récolte 436 commentaires, le dernier livre d’Amélie Nothomb en a 66 (avant Noël, donc), etMon voisin invisiblede Shealynn Royan en a 103 (et est même mieux noté qu’Amélie Nothomb).

Vous avez remarqué que j’ai précisé : avant noël. Car oui, l’ancienneté d’un titre joue aussi dans le nombre de commentaires qu’il récolte. Les Larmes des Aëlwynns: Le prince déchude Myriam Caillonneau, qui est sorti en novembre dernier, n’en a encore que deux et le premier tome des Soeurs Carmine de Ariel Holzl, qui a pourtant récolté de nombreux prix, qui a déjà été réimprimé plusieurs fois, n’a quant à lui que 19 critiques sur le site marchand à ce jour !

Moi qui me trouvais légère en ne parvenant pas à atteindre les vingt commentaires pour mes romans, je ne suis finalement pas la seule.

Bien sûr, les chroniques des blogueurs, booktubeurs et autres sont plus nombreuses. Ainsi, sur Livraddict, on peut noter que ce même livre de Ariel Holzl a au moins 72 chroniques recensées. Tout de suite, ce n’est pas pareil.

Je parle de chiffres, ce qui est toujours un peu étonnant pour parler d’art, mais parce que cela permet aussi de mesurer un minimum sa valeur. Et encore : dans les livres que je ne cesse de défendre en toutes occasions, il y a la saga Il nous reste le ciel de Chloé Bertrand. Elle est merveilleusement écrite, je vous conseille vraiment de la lire. Et pourtant, elle n’a aucune chronique listée sur Livraddict et à peine 11 sur Amazon. Pourtant, pour moi, cette autrice a toutes les raisons de porter ce titre, peu importe si son livre a du succès ou non.

Et si tout ça n'était qu'une loterie ?

Donc, malheureusement, quelque chose se vérifie aussi au niveau des chroniques : leur nombre reste trop souvent proportionnel à la visibilité qu’un auteur parvient à obtenir. Et, parfois, plus qu’à son talent, donc.

Difficile dans ces conditions d’établir sa légitimité à continuer à écrire, non ? Si tout est une question de hasard, de chance, de visibilité… Si les auteurs et autrices baissent les bras juste parce qu’ils se disent que, vu leur peu de succès, ils feraient mieux d’arrêter (Chloé, je te jure, si tu arrêtes d’écrire, je te séquestre à la Misery!)

Comment aider les auteurs et autrices à lutter contre le syndrome de l’imposteur ?

Vous n’êtes pas en train de présenter une émission télé à une heure de grande écoute. Vous n’avez peut-être même pas d’amis qui vous écoutent. Mais vous avez pourtant le pouvoir de dire à un artiste : Stop ou Encore (oui, comme à la radio, c’est dingue!)

Alors, faites-le. Vraiment. En suivant votre coeur, pas la foule (même si vous avez aussi le droit de l’écouter, c’est elle qui m’a également fait découvrir certains titres, je ne le renie pas). Mais surtout, dites ce que vous en pensez. Bon, c’est vrai, ça nous fait mal d’entendre dire que ce que l’on a écrit est nul (ça fait saigner à l’intérieur, c’est hyper douloureux, on peut en mourir… mais faites-le), nous ne saurons jamais sinon que nous ferions mieux d’abandonner (ou comment nous pourrions nous améliorer, c’est bien aussi, ça). Et, par contre, quand vous aimez… Mais dites-le ! Vous ne pouvez pas savoir à quel point cela illumine notre journée. Pour plusieurs jours même. Et à quel point cela nous dit que si, peut-être, en vrai, on est vraiment capable d’écrire !

 

Et d’ailleurs, si vous avez, oh, trente secondes de plus devant vous, n’hésitez pas à aller me laisser un petit commentaire sur mes livres ! (ben oui, moi aussi j’ai besoin de savoir si vous voulez que je continue à écrire ou bien si vous préférez que j’aille tout de suite m’immoler avec mon stock de romans)

 

Images Photo by John Noonan on Unsplash

Photo by Charles « Duck » Unitas on Unsplash

Photo by Kira auf der Heide on Unsplash

Photo by dylan nolte on Unsplash

Vie d'auteur

Auto-édités ou édités, tous ennemis ?

Ceux qui me suivent déjà depuis un moment savent que je me définis comme une autrice hybride. Mi-éditée, mi-indépendante, un être étrange à la frontière entre deux mondes. Je sais donc que non, tous les auto-édités ne crachent pas sur l’édition, pas plus qu’ils ne choisissent tous ce statut par défaut. Et si on faisait le tour de la question…

auto édités vs edités.png

Qui sont les auto-édités ?

Parmi les auteurs indépendants, il y a plein de parcours différents (oh, comme dans la vraie vie, en fait, c’est dingue).

On y trouve :

  • des auteurs et autrices qui ont envoyé leur manuscrit à des maisons d’édition, qui ont essuyé des refus ou en ont eu assez d’attendre des réponses et qui se sont décidés à prendre les choses en main ;
  • des auteurs et autrices qui ont déjà été édité.e.s, qui n’ont pas toujours été satisfait.e.s des relations avec leurs éditeurs, et qui préfèrent être libres (et si vous aussi vous criez dans votre tête « liberté » avec la tête de Mel Gibson peinturlurée en bleu, vous faites définitivement partie de mon clan) ;
  • des auteurs et autrices qui ont envie de faire des expériences (Stephen King l’a fait, Samantha Bailly en France plus récemment…).

Et cette liste est certainement non-exhaustive.

L’auto-édition, c’est pour les nuls, non ?

Humm, je suis désolée de devoir démolir des clichés (ah non, en fait !) mais, comme nous l’avons vu précédemment, un auteur auto-édité n’est pas uniquement le scribouillard de service qui a été refusé de partout et dont les textes méritent uniquement de servir d’exercices pour les écoles de correcteurs.

D’ailleurs, ce n’est pas pour rien que les maisons d’édition, aujourd’hui, scrutent les résultats des ventes des auteurs et autrices indépendant. e. s afin de leur racheter leurs droits dès qu’ils repèrent un succès.

Il y a de véritables perles dans l’auto-édition. Du travail de qualité. Mais je ne rédige pas cet article pour défendre cette idée, mais plus pour expliquer pourquoi certains deviennent leurs propres éditeurs. D’ailleurs…

Pourquoi choisir de s’auto-éditer ?

L’auto-édition, on l’a vu, c’est la liberté. Celle de choisir sa couverture, sa mise en page, son titre, la manière dont la communication sera faite autour de son ouvrage. Celle de ne pas devoir attendre (parfois en vain) qu’un éditeur fasse le boulot que vous attendez autour de son livre (comme la communication, la promotion, etc).

Et tout ça, croyez-moi, c’est un vrai confort quand on a un (petit) esprit d’indépendance.

Vous décidez. Vous commettez peut-être aussi des erreurs mais ce sont les vôtres, et vous apprenez à les réparer. C’est assez formateur, en fait, à condition d’être prêt à prendre des risques. Et puis, comme certains l’ont souligné avant moi : comme il y a moins d’intermédiaires, la part gagnée par l’auteur ou l’autrice sur son ouvrage est plus importante.

Oui, mais alors…

Pourquoi passer par un éditeur ?

Le fait d’être édité, aujourd’hui, et en France, apporte quelques petites choses de plus.

D’abord une certaine reconnaissance : les libraires, les prix littéraires, les salons, la presse et même encore une certaine partie du public continue à croire que seule l’édition traditionnelle a de la valeur. Comme un certificat de qualité qui serait alloué à un auteur dès lors qu’il est édité. Et, on ne va pas se mentir, ça compte aussi.

Il n’y a pourtant pas que cela. Un éditeur permet aussi d’apporter un regard de plus à un titre (quand il y a un vrai travail éditorial qui est fait, qui vous aide à polir encore votre texte), de ne pas être seul.e face à toute la machinerie que représente la sortie d’un livre (l’impression, la commercialisation, la communication). C’est bien aussi de savoir s’entourer. Pour les uns, ça rassure ; dans de nombreux cas, ça permet aussi de se sentir plus fort parce qu’on est plusieurs.

Pour mes titres jeunesse, je sais qu’une maison d’édition les défendra avec des armes que je n’ai pas. Et c’est aussi important pour moi de donner le maximum d’opportunités à ces titres. Même si j’ai du mal à lâcher la bride, à accepter de ne pas tout contrôler, à faire confiance…

Parce que c’est de cela qu’il s’agit, de savoir ce qui est le mieux pour un ouvrage en particulier, par rapport à son propre parcours. Tous les auteurs ne sauront pas se débattre face à la masse de charges que demande l’édition indépendante. Tous les auteurs ne sauront pas non plus se soumettre au diktat d’une tierce personne. Mais tous les auteurs veulent le meilleur pour leurs livres. Et qu’ils arrivent dans les meilleures conditions possible entre les mains des lecteurs.

Ne pas choisir, ce n’est pas un peu de la lâcheté ?

Il est vrai que certains auteurs finissent par passer d’un seul côté de la barrière. Ils ont été tellement déçus par leurs éditeurs qu’ils n’ont plus envie de tenter l’expérience avec d’autres. Ou, au contraire, ils sont trop heureux de pouvoir entièrement s’appuyer sur un éditeur et de ne plus rien avoir à faire d’autre qu’écrire (car oui, l’auto-édition demande beaucoup de temps sur des activités annexes).

Je sais que je continuerai à avoir des titres édités de manière traditionnelle et d’autres en indépendante. J’aime trop la liberté que cela me procure pour m’en passer définitivement. Et, pour moi, comme pour beaucoup d’autres auteurs et autrices, l’indépendance n’est pas un choix « par défaut ».

Je sais aussi que je continuerai à faire parvenir certains titres (pas tous) à des maisons d’édition. Et que je ne serai pas la seule non plus à agir ainsi. Je reconnais le travail des éditeurs, et je serais la dernière à le dénigrer. Et, comme je le disais, qu’est-ce que c’est bien aussi de s’entourer !

Il y a des avantages et des inconvénients à chaque statut. Et oui, vous l’aurez compris, je suis plutôt  team plateau de dessert que choix entre la tarte Tatin et la mousse au chocolat. Et vous ?

 

 

Photo by Hasan Almasi on Unsplash

éditions, Vie d'auteur

Comment fonctionne le monde du livre

La polémique soulevée par la décision de Samantha Bailly, dont j’ai parlé dans mon dernier article, ne constitue finalement qu’un tout petit pan de ce qui se passe actuellement dans le monde du livre. Certaines remarques, lues ici et là, m’ont décidée à faire mon petit retour sur le sujet, du point de vue d’une autrice. Nous allons parler de constats, de faits… Et peut-être de pistes à suivre.

monde du livre.png

1. Un auteur, ça doit manger aussi

Ça, c’est le constat numéro 1. Il m’est venu après avoir lu, dans les commentaires de certains articles de blogs ou de réseaux sociaux, que des gens s’offusquaient que les auteurs n’écrivent plus juste pour célébrer la gloire de l’imaginaire, mais aussi pour gagner de l’argent. Ce qui les transformait en vilains capitalistes.

Capture d_écran 2018-10-16 à 11.58.19

Soit.

Gagner de l’argent, ce serait donc mal. Et après tout, il y a peut-être du second degré dans ce commentaire. Sauf que, quand les libraires se plaignent que Samantha Bailly, en s’auto-éditant, notamment sur Amazon et pas uniquement (comme n’importe quelle maison d’édition, rappelons-le), leur fait gagner moins d’argent, ils ne se posent pas la question de savoir pourquoi elle le fait.

Tout simplement parce que, comme le mouvement #PayeTonAuteur l’a souligné, il devient de plus en plus difficile de vivre en tant qu’auteur. Chaque jour, des auteurs décident d’arrêter, parce que les conditions deviennent impossibles pour eux.

Rappelons-le : il y a moins d’argent pour les livres, donc tout le monde a du mal : auteurs, éditeurs, libraires. Et même si on veut tous travailler ensemble (quand ça se passe bien), chacun doit aussi penser à son propre estomac.

Parce que, oui, écrire la nuit après une journée de travail et après s’être occupé de ses enfants, ce n’est pas vraiment la meilleure manière de pouvoir produire un chef-d’œuvre.

Or, d’un simple point de vue biologique, un être humain a besoin d’un certain nombre d’heures de repos, mais aussi de nourriture. Et, de préférence, d’un toit sur la tête. Dans ces conditions, peut-on en vouloir aux auteurs de vouloir gagner leur vie avec leurs écrits ? Et de chercher les meilleurs solutions pour y parvenir ?

Rappelons que si vous voulez avoir des livres à lire, voire un peu d’art et de fiction autour de vous, il faut bien le financer (à votre bon cœur, m’sieurs dames).

Et : non, il n’y a pas plus de raison qu’un auteur ou une autrice produisent gratuitement que de raison de vous fournir du pain à domicile tous les jours sans que vous ne le payiez. Dans les deux cas, il y a un travail derrière. Qui doit être rémunéré. Ce ne devrait même pas être sujet à débat.

2. Les autrices et auteurs ne gagnent plus assez de sous, mais pourquoi ?

Ah, là, on va commencer à parler chiffres. C’est dangereux les chiffres, on peut leur faire dire n’importe quoi selon la manière dont on les regarde. Et selon ce qu’on oublie de dire à leur sujet aussi.

Ainsi, il existe plein de graphiques qui expliquent quelle part du prix de livre va à toutes les parties.

Capture d_écran 2018-10-16 à 12.08.44

Sauf que ces chiffres ne comptent pas les charges de chacun, un éditeur, un imprimeur ou un libraire fait aussi vivre d’autres personnes, etc.

C’est comme les chiffres de ventes des livres. On a vu dans mon article précédent que le Syndicat National de l’Édition signalait qu’il y avait (un peu) moins de livres vendus ces dernières années.

Entre 1 et 2 % de moins, cela semble ridicule, n’est-ce pas ?

Ce que ces chiffres ne disent pas, c’est qu’il y a aussi plus de livres différents produits. Et que donc, proportionnellement, les auteurs de ceux-ci gagnent moins qu’avant.

Allez, je vous fais un petit calcul, tout simple :

S’il y avait avant 100 livres imprimés, pour 10 titres différents, chacun vendus à 10 €, et que les auteurs de ces derniers gagnaient 10 % de droits d’auteur (ce qui arrive rarement, mais passons), l’auteur d’un livre gagnait donc : 10 % de 10 ventes, soit 10 €

Maintenant, il y a toujours 100 livres imprimés, mais pour 20 titres différents. L’auteur ne gagne donc plus que 10 % de 5 ventes, soit 5 €.

Alors que les éditeurs, les imprimeurs et les libraires, eux, gagnent toujours la même somme, puisqu’ils ne sont pas tributaires d’un seul titre. Oups.

C’est très bien, pour les lecteurs, qu’il y ait du choix. Mais les libraires ne peuvent plus tout présenter, les lecteurs ne peuvent plus tout lire… et les auteurs gagnent moins qu’avant.

3. Que va-t-il se passer pour les auteurs si rien ne change ?

À l’heure actuelle, la situation devient vraiment, vraiment très compliquée pour les auteurs et autrices francophones.

Plusieurs chemins se présentent devant eux :

  • ils font partie des best-sellers, et ça va continuer comme ça pour eux. Tant mieux pour ceux-là, ils ont travaillé aussi pour y arriver.
  • Ils ne font pas partie des best-sellers
    • ils continuent à écrire, quand ils le peuvent. En gardant un autre emploi sur le côté, ou en vivant des allocations. En sacrifiant leur temps libre, leur vie de famille, leur énergie pour continuer à écrire.
    • Ils arrêtent, parce qu’ils ne peuvent plus donner autant d’efforts à un métier assez exigeant (Amélie Nothomb le disait récemment sur France 5 « écrire, c’est aussi épuisant que de courir un marathon »)
    • ils cherchent d’autres moyens de subsister, plus rémunérateurs.

Et c’est ainsi que certains auteurs, en bande-dessinée comme dans le roman, se tournent vers l’auto-édition (qui leur permet de recevoir une part plus importante sur les chiffres de vente de leurs ouvrages). Cette décision n’est pas pour autant facile à prendre, il faut se sentir les épaules de réaliser seul un véritable éditorial, être prêt à assumer le fait qu’aujourd’hui, dans le regard de nombreuses personnes, l’auto-édition reste encore synonyme de mauvaise qualité et est donc décriée. Ce n’est pas évident pour tout le monde.

Il existe aussi d’autres pistes, comme celle du Projet Sillex, qui se proposer de mieux rémunérer les auteurs. On reste là dans un modèle éditorial, avec un livre qui sera aussi proposé aux libraires (mais uniquement ceux qui le demandent) et aux bibliothèques (ne pas oublier les bibliothèques, jamais).

Capture d_écran 2018-10-16 à 12.24.21

L’idée est qu’il existe de nombreux coûts dans un livre (le distribuer et le diffuser en librairies, le stocker…) et qu’il faut donc chercher à les réduire afin que les intervenants directs de ce livre en vivent mieux. (soit, cela signifie à dire que l’on va mettre au chômage les stockeurs, les distributeurs et diffuseurs… Mais il y a une réflexion plus large, et aussi écologique, derrière ce projet, que je vous invite à découvrir).

Il existe aussi des initiatives de type mécénat (je vous ai déjà parlé de ma page Tipee. Je ne suis pas la seule autrice à en avoir une. L’art a besoin d’être soutenu aussi).

Le prix du livre ne doit pas être encore augmenté, ce ne sont pas aux lecteurs de payer plus. Je ne sais pas, à l’heure actuelle, s’il existe de solution idéale à ce problème.

Je ne crois pas que la sélection naturelle, qui laissera sur le côté certains auteurs de romans, soit nécessairement la plus pertinente des pistes (car ceux qui resteront sur le carreau ne seront pas nécessairement des écrivains de mauvaise qualité, mais aussi ceux qui auront eu moins de popularité, moins de moyens ou de temps ou de talent pour leur communication. Un livre qui n’est pas extraordinaire peut engranger des millions juste grâce à du buzz, pensons simplement à 50 nuances… Quand d’autres disparaîtront dans les limbes).

Je ne crois pas non plus que l’auto-édition soit l’ennemie de l’édition ou de la librairie. C’est juste une autre forme d’artisanat (vous savez, comme vous pouvez acheter votre bol en série dans un supermarché, ou fait à la main par un artisan. Les deux ont leurs qualités et leurs défauts. Aucun n’est critiquable. Enfin du moment que la production est un minimum éthique, et qu’elle respecte des règles de base pour offrir des produits conformes à vos attentes, mais ça c’est un autre débat).

Ce que je sais, c’est qu’il faut une bonne dose d’optimisme et, même, d’une certaine forme de foi, peu importe où elle se place, pour écrire aujourd’hui. Et que nous, de l’autre côté de l’écran, nous continuons, pourtant.

Ce que je défends aussi, c’est le droit pour chacun de mener ses expériences, tant que c’est dans le respect des autres. Et que les volées de bois verts et les volets qui se claquent, sans laisser aucune place au débat, ne serviront à personne.