Le Ray’s Day, c’est bientôt !

Le Ray’s Day, c’est bientôt !

Le Ray’s Day, voilà un nom qui sonne bien anglophone, n’est-ce pas ? C’est normal, c’est une journée hommage à Ray Bradbury, qui était, comme chacun le sait, un écrivain américain.

Mais c’est surtout une journée que les amoureux de lecture comme vous devraient apprécier…

Pourquoi un Ray’s Day

Ray Bradbury était un auteur prolifique. C’était aussi et surtout un amoureux des livres. Il est décédé en 2012 mais il a eu le temps, avant de marquer l’histoire de la littérature (si vous n’avez jamais lu Fahrenheit 451, vous devez rattraper cette lacune).

ray-bradbury-modern-scifi-author-1-638

Le 22 août, c’était le jour de son anniversaire. Et certaines personnes ont décidé que c’était aussi une très bonne journée pour se souvenir combien il était agréable de partager ses lectures. C’est ainsi que le Ray’s Day est né.

Ce qui se passe le 22 août

Depuis, tous les 22 août, de nombreux auteurs partagent généreusement des titres. Ce peut être des lectures publiques, des nouvelles offertes gracieusement… La manière de faire partager les textes est laissée à la liberté de chacun. Et de nombreuses découvertes sont à l’honneur sur la page du site dédié. On y trouve de nombreux textes et même des suggestions, comme celle de donner vie à un personnage libre de droits (que je vous invite à découvrir. Jenny Everywhere semble prête à vivre de nombreuses aventures!).

save-the-date-books

Ce qui se passera pour moi

Ce 22 août, j’ai décidé d’apporter aussi ma pierre à l’édifice. J’ai donc rédigé une petite nouvelle, entièrement inédite, juste pour cette occasion. Elle constitue en quelque sorte un Prequel à De biblioteca et vous permettra de jeter un petit coup d’œil sur cet univers bien particulier. C’est un peu l’occasion pour vous de lever un coin du rideau et de voir ce qu’il y a de l’autre côté.

Un prequel àDe Biblioteca

Le texte sera offert à tous les abonnés à ma newsletter (si vous n’en faites pas encore partie, c’est le moment de rattraper votre retard en vous inscrivant).

Après il vivra sa vie…

Pour savoir ce que les autres auteurs qui participent à l’événement vous proposent, ne manquez pas le #RaysDay sur les réseaux sociaux. De la lecture offerte, cela ne se refuse pas !

Publicités
En avril je prends une cabane au camp Nano !

En avril je prends une cabane au camp Nano !

Le titre de cet article évoquera certainement de nombreuses histoires aux habitués du Nanowrimo… et un peu moins aux autres. Les camps Nano sont pourtant de belles aventures à partager entre compagnons d’écriture. Les flammes de l’imagination dessinent des ombres de scénario, on fait griller nos compteurs de mots et on se réveille dans les vêtements dans lesquels on s’était couché, en négligeant de se laver les dents parce que, ho, on est en train de camper, là, on peut un peu oublier le confort quotidien, non ?

Death_to_stock_photography_wild_7

Bref, vous l’aurez compris (ou pas) : le camp Nano c’est un moment d’écriture (presque) aussi intense que le Nanowrimo. Sauf qu’il y fait un peu moins frisquet, ce qui motive de nombreux participants à venir installer leurs stylos dans le coin.

Les différences entre le Nanowrimo et le camp Nano

Le Nanowrimo, comme son nom l’indique (pour ceux qui apprécient les acronymes) a lieu en novembre. Pendant un mois entier, des écrivains de tout l’univers (si on peut couronner des miss univers, je ne vois pas pourquoi on ne peut pas supposer que les extra-terrestres écrivent aussi) ne décollent plus de leur ordinateur. Le but : rédiger un roman de 50 000 mots en 30 jours. Pas le droit de commencer avant, ni de terminer après. Les règles sont strictes. Et le mois est intense. Très intense.

C’est un moment où vous ne répondez plus au téléphone, où vous ne mangez plus en famille que par obligation, où vous pensez écriture à longueur de journée et vous devenez un littéraire qui compte. Qui compte les mots.

J’ai adoré y participer (et aller jusqu’au bout) en 2015. C’est une période totalement inhumaine mais absolument exaltante.

Et comme les auteurs doivent être des gens un peu masos, une seule session de ce genre par an ne leur suffisait pas. Ils ont décidé de remettre ça. En modifiant quand même un peu les règles du jeu, histoire d’amener de la variété dans la torture.

C’est ainsi que les camps Nano sont nés. Le principe est toujours le même : vous avez un mois pour écrire. Sauf que c’est vous qui fixez votre objectif. Oui, si votre ambition est d’écrire 100 mots en un mois, vous pouvez le décider (quoique je ne sais pas si quelqu’un a déjà tenté d’inscrire un nombre aussi bas comme record personnel). Cette année, vous pouvez même modifier votre objectif en cours de route, si vous vous rendez compte que vous aurez un peu plus de mal que prévu à l’atteindre (si le temps d’avril est exceptionnellement beau et que vous préférez passer votre temps à vous promener dehors, par exemple).

Cette souplesse apporte un peu de souffle aux auteurs. Et, par ailleurs, les objectifs se partagent à plusieurs, à l’intérieur de cabines où l’on peut être coopté ou regroupé par hasard ou par affinités potentielles. C’est presque une colonie de vacances, où le travail de chacun fait gagner des points à tous (on dirait presque le système des points des maisons de Harry Potter, vous ne trouvez pas?).

Mon objectif pour le camp Nano 2017

Un des grands principes du Nanowrimo, c’est d’annoncer que l’on va participer. Parce qu’il est un petit peu plus dur (et humiliant) de lâcher son projet en cours de route quand on a dit à tout le monde quel merveilleux texte on allait composer sur le délai imparti.

J’annonce donc officiellement que… Tadam… je vais participer au camp Nano d’avril. J’ai rejoint une cabine composée exclusivement de femmes auteur. Ce qui est très amusant, c’est que nombre d’entre nous allons écrire dans le domaine de la SFFF… alors que la personne qui m’a invitée au départ écrit, elle, de la romance (c’est une collègue des éditions HQN).

Et comme les auteurs, c’est un peu comme une grande famille, je vous invite à visiter les pages de mes compagnes de cabane : Valery K. Baran & Hope Tiefenbrunner, Xenja, Lou MarieIsabella Mikaelson, Florence Cochet, Diana B. Rylia , Viviane Faure, Camille-Miko , Elora Martin.

Mon but, en avril, est d’arriver à un total final de 50 000 mots sur mon projet en cours. Je vous rassure tout de suite (ou pas) : je ne compte pas écrire 50 000 mots sur ce mois. J’ai déjà commencé à travailler sur mon nouveau texte. À l’heure où j’écris ces lignes (soit 1 h du matin, mes personnages n’avaient pas envie de dormir), j’en suis déjà à 9 000 mots. Et ceux qui ont déjà fait un Nano savent à quel point 1/5 de texte déjà écrit, c’est énorme !
Camp-2017-Participant-Profile-Photo

Et si vous voulez savoir de quoi parle ce nouveau projet… et bien je vous suggère de vous inscrire à ma newsletter !

Pourquoi prendre un agent littéraire ?

Pourquoi prendre un agent littéraire ?

Le monde de l’édition, je le connais sous différents angles. J’ai travaillé en maison d’édition, j’ai auto-édité un livre, j’en ai publié d’autres chez des éditeurs… Je suis ce que l’on appelle maintenant un auteur hybride et je suis un peu plus consciente de mes compétences dans ce domaine.

Je sais :

  • écrire
  • corriger
  • communiquer sur les réseaux sociaux
  • gérer de la logistique
  • aller à la rencontre des lecteurs sur des salons

Par contre, je ne suis absolument pas une commerciale. Me vendre reste un acte assez difficile pour moi, que ce soit pour convaincre une librairie de présenter mes titres ou pour séduire un éditeur. Il faut savoir dire « je suis la meilleure, mon livre est absolument génial » sans avoir l’impression de raconter une nouvelle fiction. Ce n’est pas le rôle dans lequel j’excelle.

Je devais donc trouver une autre manière de rentrer en contact avec ceux qui veulent me lire…

Percer dans l’édition

Vous savez combien de titres paraissent chaque année, tous réseaux confondus ? Et combien de manuscrits sont envoyés à des éditeurs sans jamais réussir à se transformer en livres ?

Beaucoup.

Beaucoup trop.

(et c’est là que vous voyez que je suis une littéraire, et pas une matheuse : j’ai toujours été incapable de retenir des chiffres. Si ces derniers vous intéressent, vous en trouverez quelques-uns dans cet article).

Pour être lu par une maison d’édition, il est possible :

  • d’envoyer son manuscrit par la poste
  • d’utiliser son réseau pour être mieux présenté
  • de rencontrer un professionnel de cette maison lors d’un salon littéraire et de nouer le contact.

Je ne fais pas partie de ceux qui disent que l’envoi par la poste ne sert à rien. Mon conte pour enfants paru chez Hemma, tout comme Le Secret du vent, chez HQN, ont été découverts de cette manière. Il faut de la patience, et un bon texte, mais ça reste un circuit qui fonctionne.

Sauf que… Sauf que, justement, il ne faut pas être trop pressé. Dans le monde de la SFFF, une maison d’édition reconnue l’est aussi pour les longs délais de ses réponses aux auteurs. Plus d’un an pour recevoir même un refus, ça peut être usant.

l'auteur doit être patient - Mélanie De Coster

 

L’agent littéraire : un modèle anglo-saxon ?

J’ai grandi, en tant que personne comme en tant qu’auteur, en puisant dans l’univers littéraire anglo-saxon. Un monde où les agents littéraires sont omni-présents. Même les réussites des écrivains qui m’ont marqué, comme Stephen King ou JK Rowling, doivent beaucoup à leurs agents.

Pour moi, très tôt, il a donc été logique de souhaiter être représentée par un agent. Or, cette spécificité culturelle était encore loin d’être développée en France il y a quelques années. Pire, certains affirmaient même que les éditeurs rejeterraient le poulain d’un agent plutôt que de lui prêter attention.

Faisons immédiatement une pause : j’ai beaucoup de mal à croire qu’un éditeur voudrait passer à côté d’un auteur talentueux et d’un titre intéressant. Qu’il soit ou non présenté par un agent.

Dans mes débuts en tant qu’écrivain, je n’avais pas d’autres options que de proposer mes textes à des agents anglophones. Mais comme j’écris en français, j’avais quand même peu de chances de les intéresser.

Quelques années plus tard, on a commencé à parler aussi d’agents littéraires en France. Mais ceux-là non plus ne se seraient alors pas retournés sur moi : ils ne suivaient que les auteurs déjà bien installés et reconnus, si possible avec quelques best-sellers à leur actif. Nous ne jouions pas vraiment dans la même cour…

agents littéraires - mélanie De Coster

 

Et puis, l’année dernière, j’ai appris qu’un syndicat des agents littéraires se formait en France. Avec une charte qui leur est propre. (depuis, ce syndicat en a rejoint un autre, le Sfaal).

À l’époque, j’ai donc repris mon bâton de pèlerin virtuel et j’ai été frapper à la porte des agents d’auteurs regroupés au sein de ce syndicat.

Les agents littéraires en France de nos jours

Je ne vais pas vous mentir : nombre des agents du syndicat continuent de ne prendre dans leurs écuries que les auteurs qui ont déjà du succès. C’est très bien pour eux, même si leur rôle alors est plus celui d’un conseiller en investissement qu’autre chose, d’après ce qui en paraît en tout cas dans la presse. Je ne les jugerai pas, mon contact avec eux a été plus que limité jusqu’à présent.

Pourtant, la donne est en train de changer dans le paysage des agents littéraires en France. On voit des auteurs reconnaître qu’ils font appel à un agent, comme Samantha Bailly, dans le but souvent essentiellement de défendre leurs droits.

Moi, je cherchais un agent à la mode anglo-saxonne : une personne qui croirait suffisamment en moi pour aller me représenter auprès des éditeurs. Même si je n’ai encore explosé aucun compteur de ventes.

l'agent littéraire, un chevalier - Mélanie De Coster

Et… Cela existe.

J’ai contacté plusieurs agents, en leur demandant s’ils pensaient que De l’autre côté des mondes pourrait convaincre un éditeur, en leur rappelant mon parcours littéraire jusque-là, et en leur précisant que je travaillais sur un nouveau projet. Et l’un de ces agents a demandé à voir ce nouveau projet. Il a été convaincu, enthousiaste même, alors que le roman n’était pas encore fini. Le livre, c’était De Biblioteca (qui prendra un jour un autre titre, je l’espère, à moins qu’Umberto Eco me le cède). L’agent, c’était Editio Dialog.

Le contact avec un agent

Je profite de cet article pour remercier Editio Dialog, dont je peux maintenant dire qu’il s’agit de mon agent. Pour son humanité, son enthousiasme, sa patience… Pour tout ce qui fait qu’un échange avec un professionnel du livre ne doit pas nécessairement être froid et mercantile. On parle ici de passion, d’art, de transformation… Et c’est aussi tout ça que je retrouve chez cet agent.

Si je devais cependant donner quelques conseils à un auteur qui souhaite contacter un agent littéraire, c’est de lui apporter de la matière. Je ne suis absolument pas certaine que mon agent aurait choisi de me représenter si je n’avais pas déjà quelques titres à mon actif. Et si je ne lui avais pas démontré que j’étais, justement, active dans ce domaine.

Je suggérerais aussi de prendre le temps de lire le contrat. Chacun peut ou non y trouver son compte. Mais il s’agit de chiffres, de droits et et devoirs, et il ne faut jamais signer un contrat sans l’avoir étudié de près.

 

Aujourd’hui, De Biblioteca est entre les mains de mon agent. Il va toucher des éditeurs par ce biais-là. J’ai envie de croire que ce sera plus rapide, peut-être plus efficace que si je l’avais envoyé moi-même. Seul l’avenir nous le dira.

 

De biblioteca… ou le roman à venir

Je l’ai déjà évoqué précédemment sur ce blog et ceux qui me suivent sur les réseaux sociaux en ont souvent entendu parler : De Biblioteca devrait être mon futur roman. En tout cas, c’est celui que j’ai mis un peu plus d’un an à écrire et qui ne va pas tardé à être présenté à des éditeurs par mon agent…
Il est temps de faire des présentations un peu plus complètes…

Il était une fois… Le Nanowrimo

En novembre 2015, j’ai emménagé depuis quelques mois dans une maison où je dispose (enfin !) d’un bureau juste pour moi. Vous savez : une pièce dont je peux fermer la porte et interdire l’accès pour cause de créativité débordante ?
Pour la deuxième fois de ma vie, je décide d’inscrire un projet au Nanowrimo (un booster important pour les écrivains, puisqu’il s’agit d’écrire 50 000 mots en un mois. Faites le calcul : il y a un paquet de mots à poser chaque jour sur le papier pour en venir à bout !)
Pour la première fois de ma vie, je vais au bout de ce Nanowrimo. J’en sors épuisée, incapable de penser à autre chose qu’à écrire… mais surtout ravie : je tiens un vrai bon début de roman. Bon, pour tout dire 50 000 mots, c’est un peu plus qu’un début, vu que c’est à peu près 150 pages de texte ! Mais je sais que mon roman est encore loin d’être fini : du travail m’attend.

Hiver, printemps, été… des nouvelles offres poussent

Je continue (sur un rythme beaucoup moins soutenu) à travailler sur De Biblioteca. Et je rentre en contact avec un agent littéraire. Qui me demande sur quoi je suis en train de travailler en ce moment. Je lui fais parvenir mon texte, en lui précisant bien :

  1. qu’il n’est pas fini
  2. qu’il n’est pas encore corrigé.

Peu importe, il le lit, le fait lire à d’autres personnes… et me contacte en me disant qu’ils l’adorent, qu’ils veulent le représenter et que je peux le terminer rapidement maintenant s’il vous plaît !

Je vous fais l’impasse de l’euphorie (youpi, je suis géniale) et de l’angoisse liée à la signature de ce contrat (c’est qu’il fallait que j’assure jusqu’à la fin du roman, maintenant !).

J’ai dû faire ce genre de saut… et je ne suis pas encore retombée par terre !

Nanowrimo bis… ou pas ?

Je m’engage à terminer le roman pour la fin décembre 2016. Trop fass, comme diraient mes filles. Tiens, je vais même m’inscrire au Nanowrimo pour me pousser à boucler la fin, voire à lancer un autre début de roman (oui, je sais, j’ai de l’ambition).
Je ne prolongerai pas plus longtemps ce suspens insoutenable : j’ai  bien terminé mon texte… avec un mois de retard sur les délais prévus !

Les corrections, les corrections !

Normalement, un texte, on l’écrit, on le relit, on le corrige, on le passe à ses bêtas-lecteurs, on revient encore dessus… puis ensuite en l’envoie ailleurs. Si un éditeur l’apprécie, il vous demande encore d’effectuer quelques corrections. Là, je vis tout en accéléré. À peine terminé, j’envoie De Biblioteca à mon agent, qui me le renvoie avec les corrections à effectuer. À ce stade, personne d’autre que lui et moi ne l’ont lu (sauf quelques bribes par ci par là que j’ai testé sur des forums d’auteurs, et quelques phrases postées sur mes comptes Facebook ou Twitter).
C’est une toute nouvelle manière de procéder pour moi… 
Les dernières corrections viennent d’être effectuées et j’ai renvoyé le texte à mon agent une nouvelle fois. Je suppose que ce sera ensuite au tour des éditeurs de donner leur avis. L’attente commence…

(et comme vous êtes très impatient de savoir

  1. de quoi parle De Biblioteca
  2. qui est mon agent

je répondrai à ces questions dans de prochains messages !)

Un concours pour De l’autre côté des mondes !

De l’autre côté des mondes a donc été reproposé à la vente depuis quelques jours. Le démarrage de ce livre est plutôt positif et j’en suis assez contente. On parle en tout cas de lui, et c’était ce que j’en attendais !
Pour remercier tous ceux qui me suivent, j’ai décidé de lancer un concours sur ma page Facebook : Mélanie De Coster . Il vous suffit d’aimer la page pour participer à un Memory très facile, accessible ici.
Le concours est organisé pendant tout le mois de mars, ce qui vous laisse le temps de participer et de le partager.
Vous pourrez gagner un exemplaire dédicacé de De l’autre côté des mondes !

http://shakr.cc/6p93

Et dix ans plus tard… la réédition de De l’autre côté des mondes

Et dix ans plus tard… la réédition de De l’autre côté des mondes

Je vous avais déjà parlé de De l’autre côté des mondes. Je l’avais auto-édité il y a un peu plus de 10 ans, une époque où les auteurs auto-édités fonctionnaient encore en circuit presque fermé. Je n’avais pas de réseau, pas vraiment l’âme d’une commerciale… Il avait pourtant rencontré un petit succès d’estime, mais ce n’était pas allé beaucoup plus loin.

Alors que mon projet pour mon futur roman – aka #deBiblioteca – est plutôt bien parti (un agent l’a repéré et on travaille ensemble sur la dernière version), j’ai eu envie de redonner une nouvelle chance à ce titre. Peut-être aussi l’envie de retourner vers les lecteurs en douceur, à ma manière…

 Une nouvelle couverture pour De l’autre côté des mondes

Et voilà la nouvelle couverture, réalisée pour célébrer l’anniversaire de ce titre :

De l'autre côté des mondes Mélanie De Coster nouvelle couverture

Le monde de l’auto-édition a un peu changé en dix ans. Suffisamment pour que je puisse aujourd’hui proposer très facilement le livre en version numérique ou en version papier. Ce qui veut dire aussi que de nombreux lecteurs différents auront la possibilité de découvrir ou de redécouvrir De l’autre côté des mondes.
La couverture en dit maintenant un peu plus sur le contenu du livre. L’effet de surprise concernant les personnages principaux est en partie émoussé… mais le mystère ne durait pas au-delà du premier chapitre, de toute évidence, et il me parait aujourd’hui plus pertinent de l’annoncer dès le départ : oui, les héros sont de jeunes handicapés moteurs !

Un nouveau texte ?

En ce qui concerne le texte lui-même, il ne devrait pas surprendre énormément ceux qui ont déjà lu les versions antérieures. J’ai corrigé quelques erreurs (il en traîne toujours, malgré le temps de correction que l’on peut consacrer à un texte). Mais le style n’a pas été changé… pas plus que la trame de fond !
De l’autre côté des mondes est un roman que j’ai longtemps porté en moi et en lequel je continue à croire. Il y a longtemps maintenant que je l’ai écrit… Mon prochain roman sera forcément différent au niveau de la maîtrise de l’écriture. Mais ce n’est pas une raison pour le renier, loin de là.

À qui s’adresse ce roman ?

De l’autre côté des mondes est un livre dont les héros sont adolescents. Des lycéens qui découvrent le moyen de rejoindre un monde parallèle. Le roman est donc plus particulièrement tourné vers cette tranche d’âge. Cependant, certaines scènes violentes peuvent choquer les plus sensibles (une scène en particulier…). Je pense qu’il est important de le savoir avant de le lire.
Je pense aussi que les petites cases bien ordonnées ne sont véritablement pas pour moi (il vous suffit de regarder mon espace de travail pour le comprendre… Peut-être que je vous en posterai une photo un jour !). Donc, si ce livre s’adresse aux adolescents, il peut tout à fait être lu par des lecteurs adultes aussi. À vous de le partager et de l’échanger en famille !

Le commander en version papier

Version Kindle

Version Kobo

Se préparer pour une conférence

Je donne régulièrement des conseils sur l’écriture sur cette page. Mais comme il m’est arrivé d’être sollicité pour présenter une conférence (je vous en avais déjà parlé), je me suis dit que vous seriez sans doute bien heureux de savoir comment vous préparer si vous deviez participer à ce genre d’événement. Voyons donc ce que mon expérience m’a appris.

Prendre confiance en vous

Si on vous a demandé de prendre la parole pour une conférence, c’est que certaines personnes estiment que vous êtes expert sur le sujet. Peu importe que vous n’en soyez pas persuadé vous-même. Croyez-moi : je souffre du syndrome de l’imposteur, j’ai toujours l’impression que quelqu’un va venir me pointer du doigt en me demandant pour qui j’ose me faire passer. Après avoir eu mon permis de conduire, j’ai craint pendant des années que l’on ne vienne me le retirer en me disant qu’il s’agissait d’une regrettable erreur. Vous voyez maintenant à quel point je peux douter de moi !
Peu importe pourtant la piètre opinion que vous avez de vous-même : d’autres croient en vous, et c’est le plus important.
Évidemment, il faudra mériter cette confiance. Et c’est là que nous passons à l’étape 2.

Vous préparer

Hop, le regonflage d’opinion est terminé, c’est bien. Mais qu’est-ce que vous allez bien pouvoir raconter à cette conférence ? Vous avez un sujet, donc il faut vous documenter sur celui-ci. En théorie, vous avez quand même déjà quelques notions sur lui, sinon personne n’aurait fait appel à vous. Mais il serait peut-être pertinent de repréciser ce que vous voulez réellement en dire.
Pour ma conférence, j’ai commencé par lister les différents points que je souhaitais aborder. Un petit brain storming sur le papier, pour vérifier quels éléments m’évoquaient le sujet de la conférence (elle portait sur la littérature fantastique à destination de la jeunesse, pour les petits curieux). J’avais donc une liste d’idées, il me restait à les organiser, à les articuler entre eux et à commencer à rédiger mon texte. Oui, j’ai absolument tout écrit sur le papier. Certains experts peuvent sans doute se contenter de quelques notes jetées à la volée pour parler pendant une heure en public, ce n’est pas encore tout à fait mon cas.

Vous n’êtes pas seul

Même Brel le disait : « non, Jeff, t’es pas tout seul ». Et vous ne l’êtes pas non plus pour votre conférence. Appuyez-vous sur les travaux d’autres personnes pour étayer vos propos. Attention, je ne vous dis pas de les plagier honteusement : chaque référence doit être citée et attribuée à son auteur. Mais en vous entourant, même virtuellement, de leurs réflexions, vous étayerez vos dires et votre présentation sera encore plus complète. Savoir se documenter, c’est tout un art. Mais c’est aussi un plaisir. Vous pourriez découvrir d’autres pistes, creuser des éléments qui vous intéressent. En préparant une conférence, on s’instruit soi-même.
Tweet: En préparant une conférence, on s'instruit soi-même. http://ctt.ec/xcf8_+Tweet: En préparant une conférence, on s’instruit soi-même. http://ctt.ec/xcf8_+

Sur le papier

Comme je le disais, j’ai écrit tout le texte de ma conférence. L’avantage, outre de m’assurer que mon propos était bien construit, c’est que cela me donnait aussi une limite de temps. J’ai calculé qu’une page de texte avec une police de caractère classique, police 12, correspondait à environ 3,5 minutes de parole. Je vous laisse calculer combien de pages j’ai dû écrire pour une heure de conférence…

Et dans la tête

Il va de soi que vous n’allez pas garder le nez collé à votre papier devant votre public. Surlignez ou passez en gras quelques mots plus importants, qui vous serviront de repères au moment de prendre la parole. Lisez et relisez votre texte histoire de l’avoir bien en tête le moment venu, et de vous rappeler dans quelle direction vous voulez aller. Et puis lancez-vous. Peu importe si vous ne lisez pas tout ce que vous avez écrit. Peu importe si vous oubliez quelques exemples. Ce qui importe, c’est que vous soyez là, à ce moment-là, pour partager un peu de ce que vous avez appris avec ceux qui vous écoutent. Alors, regardez-les et parlez-leur.

 

Un peu d’accessoires

Personnellement, j’aime bien m’appuyer sur une présentation à vidéo-projeter pendant que je parle. Cette pratique retient l’attention et vous permet d’appuyer sur les points les plus importants, tout en dynamisant un peu vos propos. Attention cependant à ne pas afficher des diaporamas contenant trop de textes, sinon votre public les lira au lieu de vous écouter.
Variez le ton, ménagez le suspense en créant des micro-pauses au moment de parler, posez des questions, même rhétoriques, avant de leur donner une réponse… Votre exposé en sera d’autant plus vivant.

Faites face aux imprévus

Tout peut arriver pour une conférence. Pour la mienne, une vidéo que j’avais prévue n’a jamais pu être diffusée, et on m’a demandé, juste avant que je ne passe, de raccourcir ma présentation car il y avait du retard sur le programme. J’ai présenté une conférence d’une demi-heure alors que j’avais prévu de parler une heure. C’était un peu frustrant, mais ça m’a obligé à rester concentrée et les organisateurs ont été satisfaits de mon adaptabilité. Si vous connaissez votre sujet, vous êtes capable de le résumer. Et les gens préféreront toujours une personne qui sait synthétiser à une autre qui s’étale en longueur parce qu’elle ressasse ses propos sans savoir s’arrêter de parler.