Une table ronde avec des autrices

J’ai eu l’occasion d’assister à une table ronde avec Valentine Goby et Charlotte Bousquet. Une rencontre très intéressante dont voici la retranscription (forcément partielle tant les échanges étaient riches). Elles y parlent de la création, de leur position en tant que femme et de la littérature jeunesse.

Comment choisissez-vous vos sujets de romans ?

400px-Paris_-_Salon_du_livre_2012_-_Valentine_Goby_-_001Valentine Goby : « Depuis mes deux premiers romans, j’écris beaucoup avec l’Histoire en toile de fond, et toujours avec des personnages réels. j’essaye de les rencontrer physiquement quand je peux. Quand il n’y a pas de documents, il faut des témoignages, de la parole. Il existe une histoire collective sur laquelle le scénario de mes personnages vient s’adosser.

Il y a plein de façons de rencontrer les gens, c’est souvent imprévu d’ailleurs.

On ne décide pas d’entrer dans un sujet, ça correspond à une recherche personnelle, c’est aussi une rencontre avec soi.

Charlotte_Bousquet_-_Vendredi_-_Utopiales_2015_-_E96A1022Charlotte Bousquet « Le travail varie pour chaque roman. C’est rarement des rencontres physiques, plutôt avec des journaux, des thèses, des obsessions du moment.

Je suis très timide, alors je ne vais pas nécessairement à la rencontre des gens. Par contre je lis beaucoup, des essais, des textes sur Gallica.

Le rapport à l’autre et la différence sont des thèmes qui me suivent depuis ma thèse, de même que la manière dont on peut basculer dans la violence. Qu’est-ce qui fait qu’on accepte l’inacceptable ou au contraire qu’on se rebelle ?

Plus j’apprivoise l’écriture, plus j’acquiers de la confiance en moi, plus je me lâche. J’arrive à livrer des choses personnelles maintenant dans mes livres.

Notre matière première, c’est aussi nous-mêmes, y compris nos parts d’ombre.

C’est aussi ce qui rend nos personnages authentiques. Quand j’écris, j’essaie de me mettre dans la peau de mes personnages, de suivre leur logique, pas la mienne. »

Valentine Goby « Je considère l’écriture comme de l’archéologie intime. Le fait d’aller vers l’autre soulève des strates que l’on avait oubliées. Pour moi, c’est la matière même de la littérature. Je découvre que l’autre est en moi, je m’agrandis par l’écriture.

Les personnages me disent des choses de moi, qui me raccordent à une humanité plus vaste. Ca me donne plein d’énergie, je suis pleine de possibles non réalisés. Ca me donne aussi d’autres appartenances.

A travers l’écriture, je traverse des expériences que je ne vivrai jamais, mais qui réveillent des choses en moi, comme chez les lecteurs.

La lecture est d’ailleurs un travail de co-écriture.

La littérature crée des terrains où nous pouvons nous rencontrer, comme jamais dans la vie réelle. »

Vous vous revendiquez en tant qu’autrice. Etes-vous féministes ?

Charlotte Bousquet « je suis féministe, pas « du féminin ». Je m’attache à la liberté de choisir son genre.

Qu’est-ce que l’on en a à faire du sexe de l’écriture ? Par contre, auprès de certains éditeurs, en tant qu’homme, on a moins de mal à défendre ses droits. »

Valentine Goby « c’est compliqué le mot féministe. J’aime bien le mot « égalitariste » et l’idée que ce n’est plus intéressant de faire une différence.

Je ne veux pas avoir à justifier d’une voix féminine. Je n’ai pas envie de soumettre la littérature à quoi que ce soit d’autre que mes propres envies. Je n’écris pas pour dénoncer, mais je suis une femme, donc ça nourrit mon travail. »

Vos personnages vivent souvent des trajectoires personnelles, mais aussi des déplacements physiques…

Valentine Goby «  Quand on quitte, quelque chose ou quelqu’un, on se métamorphose. On accomplit ce qui fait notre singularité.

La vie est une somme d’expériences terrifiantes. Qu’est-ce qui fait que certains tiennent debout malgré les tragédies, comment on s’en nourrit… ?

S’il y a une raison fondamentale pour écrire, c’est pour vivre plutôt que pour mourir.

Cette question de savoir pourquoi on reste debout, on la retrouve dans les déplacements, le mouvement, la rencontre de l’autre. »

Charlotte Bousquet « Mes personnages ont besoin de s’accomplir. Le côté nomade et l’errance rejoignent mon goût pour les grands espaces. J’aime bien qu’on me foute la paix !

L’écriture peut être considérée comme une manière de partir et de revenir. On part avec ses failles, on grandit et on apprend des choses en écrivant, puis on revient. »

Que pensez-vous de la littérature Young Adult ?

Charlotte Bousquet « La littérature Young Adult, c’est d’abord du marketing américain pour vendre des romans aux 15 – 30 ans. C’est un peu plus rock’n’roll, plus violent parfois. C’est une littérature qui permet de dépasser certains problèmes. On peut y aborder tous les sujets et c’est un espace de grande liberté.

Le côté marketing a depuis été complètement dépassé par le côté création ».

Valentine Goby « c’est un fléchage fait par les éditeurs. Pour certains d’entre eux, les romans jeunesses ne sont pas des vrais romans. D’où des a-valoir moins importants, des droits d’auteur divisés par deux, une déconsidération de la presse…

Ce que nous faisons est un métier d’art et de création qui mérite la même considération que la littérature adulte. »

 

 

Charlotte Bousquet vient de sortir le roman graphique Barricade et deux nouveaux romans devraient voir le jour chez Mnémos en mai, et dans une nouvelle collection chez Gulf Stream.

Valentine Goby travaille sur un roman adulte et des romans courts jeunesse en parallèle.

Publicités
Publication ou auto-édition, un choix impossible ?

Publication ou auto-édition, un choix impossible ?

Quel est le but premier d’un auteur ou d’une autrice ? D’abord d’écrire, bien sûr. Puis ensuite d’être lu. Et c’est là que les difficultés surgissent. Quelle est la meilleure manière de procéder pour aller à la rencontre de ses lecteurs ? Qui, de l’auto-édition et de la publication classique remportera ce duel ?

auto édition ou édition traditionnelle, comment choisir

Les avantages de l’auto-édition

Il y a quelques années, pour un grand nombre d’auteurs et d’autrices, l’auto-édition était un choix par défaut : puisqu’aucun éditeur ne veut de moi, je vais me débrouiller tout seul.

Le plus étonnant, quand on remonte un peu le fil de l’Histoire, c’est de réaliser la quantité de livres qui font aujourd’hui partie de nos classiques et qui ont pourtant été confrontés à ce même parcours. Qui sait aujourd’hui que Marcel Pagnol auto-édita Le Château de ma mère et La Gloire de mon père ? Parce que personne ne voulait de ses romans auto-biographiques, alors même que ses pièces de théâtre étaient déjà connues, il se décida pour cette option.

Il ne fut pas le seul : des noms comme Virginia Woolf, Proust et d’autres ne seraient peut-être jamais parvenus jusqu’à nous sans cette possibilité.

L’auto-édition conserve pourtant une image de moindre qualité dont elle a du mal à se débarrasser…

Malgré tout, aujourd’hui, des romanciers et romancières font directement ce choix. Claire Brétécher a montré la voie dans la bande-dessinée : on peut produire soi-même un ouvrage de qualité.

Pour quelqu’un qui écrit, l’auto-édition présente de nombreux avantages :

  • le pourcentage de droits d’auteur perçus est nettement supérieur à celui de l’édition traditionnelle.
  • Tous les droits sont conservés, ce qui offre de nombreuses possibilités de développement ultérieur (les livres audio commencent également à trouver leur place en auto-édition).
  • Vous restez le seul décisionnaire en ce qui concerne la présentation de la couverture ou la mise en page intérieure.
  • Vous demeurez le maître de votre image et du contact avec les autres.
  • Le délai entre l’écriture et la mise à disposition du livre est beaucoup plus réduit que par d’autres circuits.

Le fait de diriger son propre bateau peut être assez enthousiasmant. À condition de savoir éviter les écueils.

Les dangers et difficultés de l’auto-édition

Un livre, quoi que vous puissiez en penser, ne se prépare jamais seul. Certes, pendant la période d’écriture, son auteur ou son autrice est souvent seul.e face à son clavier. Mais cela ne dure pas. Du moins pas pour un ouvrage de qualité.

Tout seul on va plus vite

Il faudra faire intervenir des relecteurs ou correcteurs, des bêta-lecteurs, qui traqueront les fautes comme les incohérences. Parce qu’une prise de distance est nécessaire pour savoir s’extraire du livre que l’on connaît par cœur et pointer du doigt ses faiblesses.

Une couverture digne de ce nom nécessite souvent l’intervention d’un graphiste. Cela peut avoir un coût mais il reste essentiel pour que le livre prenne son envol. Je vois hélas passer trop de romans auto-édités dont les couvertures ne m’appellent pas et que je ne lirai peut-être jamais à cause de ce simple défaut.

La mise en page intérieure doit également être vue et revue. Pour respecter les codes en vigueur dans le monde du livre, et pour que ce dernier reste un bel objet qui donne envie d’être feuilleté.

Je parle en toute connaissance de cause de ce sujet : mon premier roman auto-édité ne respectait pas vraiment ces règles… Le contenu ne suffit pas !

Pour Le Secret du vent, j’ai vraiment pris beaucoup de plaisir à le préparer dans les règles de l’art. Il est aussi beau de l’intérieur que de l’extérieur. Et, oui, cela a son importance.

Mais ce ne sont pas là les seuls récifs sur lequel un livre auto-édité peut s’échouer. Il faut encore réussir à faire parler de lui, à le présenter dans des librairies, dans la presse. Et cela demande du temps. Beaucoup de temps. Et aussi beaucoup d’énergie pour convaincre les décisionnaires en face de vous de vous faire confiance.

Heureusement, de plus en plus de structures acceptent les auteurs et autrices indépendant.e.s. Mais ils restent encore minoritaires et la question de la représentativité est cruciale pour un livre. S’il n’est pas montré, il n’est pas vu. S’il n’est pas vu, il n’est pas vendu. Et voilà pourquoi autant d’excellents romans ne restent connus que d’une poignée d’initiés (et je ne parle pas uniquement des miens).

Est-ce mieux dans l’édition traditionnelle ?

Même si j’apprécie l’auto-édition pour la liberté qu’elle m’offre, je serais la dernière à dénigrer l’édition classique. J’y ai aimé tant d’ouvrages, j’ai été enthousiasmée par des présentations sublimes, des choix éditoriaux osés…

Des éditeurs m’ont aussi donné ma chance. Et j’espère que d’autres le feront encore à l’avenir.

Pourquoi ?

Parce que travailler avec un éditeur suppose aussi un véritable échange avec un professionnel. Quelqu’un qui a tous les contacts nécessaires pour transformer un simple manuscrit en œuvre d’art. Quelqu’un qui saura vous dire « stop, là tu t’égares, coupe-moi ce passage, il ne sert à rien » (ce que peu de bêta-lecteurs osent affirmer).

Parce que c’est une personne extérieure, qualifiée, qui aime ce que vous faites. Et que les histoires d’amour autour des livres n’ont pas de prix.

Ces histoires ne sont pas toujours toutes roses, cependant. Parfois vous n’aimez pas la couverture choisie. Parfois on vous demande de changer de point de vue et de modifier votre fin. Parfois on modifie votre titre sans vous prévenir. Parfois vous n’avez pas l’impression que votre titre est assez défendu.

Et cela peut être assez frustrant.

Toutes les histoires ne sont pas belles. Il faut pourtant reconnaître, aujourd’hui, qu’être représentée par un éditeur apporte une puissance supplémentaire. De plus en plus de salons refusent d’ouvrir leurs portes aux auteurs et autrices indépendant.e.s (et cela alors même que les conférences sur ce sujet se multiplient au Salon du Livre de Paris ou à la Foire de Francfort). Certains libraires les toisent. Idem dans la presse parfois. Et je ne vous parle même pas des participations aux prix littéraires…

Est-ce seulement un problème de chiffres ?

Comme pour mes principaux articles de fonds, je voulais étayer les données mentionnées ici de chiffres précis, de données quantifiables. Et je me suis heurtée à quelques difficultés.

Si Amazon communique sans peine sur les plus gros succès de ses auteurs et autrices indépendant.e.s, ce mastodonte commercial ne représente pas pour autant le seul canal de vente. Et le marché français n’est pas le même que le marché anglo-saxon (pour lequel les ebook d’indés représentent plus de 30 % des ventes!)

Par ailleurs, le manque de reconnaissance de l’auto-édition est tel que ceux qui publient par ce biais ne peuvent souscrire à l’Agessa et que leurs ventes ne sont pas comptabilisées par le Syndicat National de l’Edition.

Que choisir alors ?

Entre les deux, je l’avoue, mon cœur balance. J’apprécie cette liberté offerte par l’auto-édition. Et je sais aussi qu’il y a déjà eu de vraies réussites parmi les titres compris dans ce panel. Au point d’ailleurs que des éditeurs traditionnels, qui les avaient peut-être refusés en première intention, décident ensuite de les publier.

Je suis pourtant douloureusement consciente du nombre limité de lecteurs et lectrices potentiel.le.s que je peux rencontrer par ce biais.

Et je me refuse à considérer ce mode d’édition comme un pis-aller.

Demain, si un éditeur vient vers moi, lui dirais-je non ? Sans doute pas. Certainement pas. Je connais leur valeur et leur importance pour mes textes.

Est-ce que cela signifie que je renoncerais définitivement à l’édition indépendante ? Non plus. Il y a tellement de belles choses à vivre de ce côté-là du livre, j’y ai fait tant de belles rencontres que je ne pourrais pas m’en passer.

Je serai sans doute comme ces auteurs et autrices qui oscillent entre les deux modes. Pas en fonction des desiderata de leurs éditeurs. Mais plutôt selon leurs envies.

Parce que l’écriture, comme la lecture, part toujours de là : une envie.

Cet article a pu être écrit grâce au soutien de mes tipeurs :

Elodie – Laetitia Troppee – LameEcarlate

Devenez un mécène

 

Images de l’article :
Photo by Burst on Unsplash
Photo by rawpixel.com on Unsplash

Voulez-vous mécéner un auteur ?

Voulez-vous mécéner un auteur ?

Aujourd’hui, je vais vous parler de la vie des auteurs. La Charte a longuement parlé des conditions de vie des auteurs et illustrateurs jeunesse…

15178211_10154728077494680_8794147508607786199_n 15134808_10154732681834680_5803752377886094568_n

Comme vous le voyez sur ces images, il est très difficile de vivre de l’écriture. C’est pourquoi certains reviennent à l’époque du mécénat…

devenir un mecen

Le mécénat, c’est quoi ?

Si l’on s’en réfère au ministère de la Culture, le mécénat, c’est « le soutien matériel apporté, sans contrepartie directe de la part du bénéficiaire, à une oeuvre ou à une personne pour l’exercice d’activités présentant un intérêt général. »

Un soutien matériel peut être financier, humain ou matériel. Donc, si vous vouliez être mon mécène, vous avez le droit de me donner de l’argent pour que je puisse me consacrer à l’écriture, de faire le ménage à ma place pour les mêmes raisons, ou de me fournir un ordinateur avec un logiciel de traitement de texte de pointe.

Devenez un mécène

Mais, attendez…

Les arts relèvent-ils de l’intérêt général ? Oui, car tout ce qui est à caractère culturel peut être listé dedans.

Et c’est là que l’on voit aussi l’importance de ce que l’on produit en tant qu’auteur : mes romans relèvent de l’intérêt général. Non, non, cela ne me met pas du tout la pression…

Un seul petit hic : une personne physique ne peut pas solliciter un mécène. Cela n’a pas toujours été le cas, heureusement pour notre histoire culturelle…

Petit cours express d’histoire du mécénat

Le mot « mécénat » vient de la Rome antique, et plus précisément de Caius Cilnius Mæcenas. Il aimait les arts et soutenait les artistes. De nombreux nobles et personnalités l’ont imité ensuite, ce qui a permis à des noms comme Michel-Ange, Raphaël, Léonard de Vinci, Brueghel et d’autres de parvenir jusqu’à nous.

Si des mécènes ne les avaient pas pris sous leurs ailes, ces grands artistes auraient été réduits à mourir de faim ou à effectuer uniquement des métiers alimentaires. Sans jamais, peut-être, trouver le temps ni les moyens de réaliser leurs œuvres.

Prenez une minute pour imaginer un monde sans les traces de ces génies créatifs…

Vous voyez toutes ces galeries vides, ces statues qui n’existent pas, ces plafonds simplement recouverts de plâtre blanc ? Voilà à quoi ce monde ressemblerait.

Vous ne pouvez même pas dire que d’autres artistes auraient émergé à leur place. Sans soutien, un artiste ne peut pas vivre. Ou en tout cas moins longtemps. Ses œuvres sont moins abouties, quand il parvient à en venir à bout. Parce qu’il y a une chose qui est commune à tous les êtres humains, qu’ils créent ou non… Ils doivent tous manger !

Et, s’il n’y avait pas eu de mécènes à l’époque, aucun artiste n’aurait pu laisser son héritage culturel.

À quoi ressemble le mécénat d’aujourd’hui ?

Il existe encore des mécènes de nos jours. Dans la majeure partie, ce sont des entreprises… qui souvent profitent de l’occasion pour faire leur publicité. Ce n’est pas pour rien si 48 % des entreprises qui font acte de mécénat optent pour le sport (et 24 % pour la culture).

C’est sûr que c’est plus facile d’afficher son logo sur un maillot de footballeur ou une voile de bateau que sur la couverture d’un livre (en plus, je ne suis pas certaine que je trouverais l’expérience très esthétique).

Mais la culture doit bien vivre ! Nous sommes tous conscients qu’un auteur ne gagnera jamais autant d’argent qu’un joueur de foot. Un changement est pourtant possible…

Comment vous pouvez devenir un mécène ?

Je l’ai dit au début de cet article : en principe, un mécène ne peut pas soutenir une personne physique. Ce qui signifie que, même si vous désirez m’aider, vous ne le pouvez pas.

Quoique…

En réalité, les artistes ne pouvaient pas se contenter longtemps de vivre de coquillettes (j’adore les pâtes, mais ce n’est pas le sujet du jour). Et, à l’instar du financement participatif, des solutions se sont petit à petit mises en place pour permettre à des particuliers, à VOUS, de soutenir leurs artistes préférés.

Beaucoup ont décidé de sauter le pas. Ce fut notamment le cas de Maliki, dont cette page de blog explique très bien, en dessin, la situation des auteurs… et pourquoi elle a décidé de devenir indépendante.

tipeee_p16.jpg

Je vous résume le sujet : les auteurs ont du mal à vivre de leurs droits d’auteur – vous pouvez, à partir d’un euro par moi, les aider à consacrer plus de temps à leur art. (une option qui fonctionne aussi pour le dessin, la musique… le mécénat n’est pas sectaire)

À partir d’un euro par mois. 1 € !

Devenez un mécène

Que peut-on acheter avec un euro ?

J’avoue, j’ai longtemps hésiter à créer moi-aussi une page sur Tipeee, la plateforme du financement participatif. Une petite voix me disait « tu leur demandes déjà d’acheter tes livres, de les commenter et, en plus, il faudrait qu’ils te donnent de l’argent. Tu n’exagères pas un tout petit peu ? »

Et puis j’ai réfléchi. Est-ce que je vous prive de quelque chose d’important avec un euro ? C’est-à-dire même pas le prix d’un café, d’une heure de parking, d’un litre d’essence…

Et même si vous donnez tous les mois, au final vous aurez juste payé 12 € (soit le prix potentiel de mes futurs romans… que vous pouvez gagner par tirage au sort en devenant mon mécène).

200w_d-2.gif

Évidemment, il y a des dizaines, voire des centaines d’artistes potentiels, et vous ne pouvez pas donner à tout le monde.

C’est vrai.

Il faut faire un choix. Comme vous choisissez d’acheter un livre plutôt qu’un autre, de voir un film précis ou même d’opter pour une marque de chocolat.

D’ailleurs, devenir mécène, est-ce que ce n’est pas un peu un acte militant ?

Les bonnes raisons de devenir mécène

J’ai tenté de lister toutes les raisons pour lesquelles vous pourriez décider de devenir mécène (je ne suis cependant pas devin, si vous avez d’autres idées pour compléter ma liste, n’hésitez pas à me les faire connaître en commentaires) :

Pourquoi devenir un mécène ?.jpg

  • pour pouvoir vous vanter : moi, je soutiens tel artiste, j’aime beaucoup ce qu’il/elle fait et je trouve ça mieux que de dépenser mon argent inutilement.
  • Pour soutenir la création artistique, parce que vous appréciez un artiste, son travail, parce que vous avez envie de voir autre chose en rayon que les best-sellers qui occupent toute la place.
  • Pour obtenir des contreparties : le financement participatif, c’est comme sur Ulule, vous obtenez une récompense, ou plutôt un remerciement, parfois un cadeau, pour votre générosité.
  • Parce que c’est facile : un petit clic, la possibilité de commencer et d’arrêter n’importe quand.
  • Pour rentrer dans les coulisses de la création : parce que, oui, je ne vous ai pas dit, mais les mécènes ont droit aussi à des informations inédites. Après tout, vous participez à ma réussite, vous croyez en moi, c’est normal que je vous fasse participer plus en détail à mon aventure.
  • Pour être utile : on en revient à la notion d’utilité publique. En soutenant la création, vous faites quelque chose pour le futur de l’humanité. Vos arrière-petits-enfants seront très fiers de vous !
  • Pour faire plaisir : à vous ou à l’artiste, au choix. Oui, j’avoue, je serais très heureuse que des gens me soutiennent. Qu’ils continuent à acheter mes livres, bien sûr, mais aussi qu’ils me montrent qu’ils ont envie que j’en écrive d’autres et que je dispose de la liberté intellectuelle et temporelle pour y arriver.

Voilà tout ce que signifie devenir mécène. C’est un acte qui est accessible à tout le monde. Vous pouvez compter parmi ceux qui font la différence. Commencez maintenant !

Devenez un mécène

Devenez mon mécène sur Tipeee !

 

Photo by Evan Kirby on Unsplash

Photo by Josh Boot on Unsplash

Et les bonnes résolutions, on en parle ?

Et les bonnes résolutions, on en parle ?

La semaine dernière, je vous présentais mon bilan de 2017. Plutôt positif dans l’ensemble. Aujourd’hui, c’est le moment où je vous parle de mes bonnes résolutions. Vous savez, ces petits vœux que l’on formule pour soi-même en se promettant que, si, cette année, on va… se mettre au sport – être plus généreux – moins traîner devant les séries télé (toute ressemblance avec une personne ayant réellement existé n’est pas du tout fortuite).

Sur un blog, inscrire ses bonnes résolutions, c’est aussi l’occasion, un an plus tard, de vérifier si on les a tenues. J’ai bien vérifié : je n’en avais pas prise l’an dernier ! Ouf !

Cette année, ce sera différent…

résolutions 2018

Du côté du blog

Si vous êtes ici, c’est que vous aimez bien lire ce que j’ai écrit. Sauf si vous êtes particulièrement masochiste, que vous avez beaucoup de temps à perdre ou que vous êtes arrivé sur la page par hasard. Dans ces derniers cas, je ne peux pas grand-chose pour vous…

Cette année, je veux essayer d’être un peu plus régulière sur ce blog. J’ai déjà commencé (deux articles rien que pour ce mois de janvier, wouhou!!!).

Pour pouvoir continuer, et parce qu’écrire sur cette page me demande aussi du temps, j’ai ouvert une page sur Tipee sur laquelle vous pouvez me soutenir (à partir d’1 € par mois, je suis sûre que vous pouvez y arriver).

J’ai l’intention de continuer à alterner les articles qui parlent de moi, pour que vous puissiez pénétrer un peu plus dans la vie d’une autrice, et les sujets de fonds (comme ceux que j’ai pu consacrer au terme autrice, à la littérature indépendante ou aux personnages féminins en littérature).

Du côté des publications

J’espère pouvoir vous proposer au minimum une nouvelle publication en 2018.

De biblioteca est toujours en lecture chez les éditeurs.

joanna-kosinska-44214.jpg

J’ai envoyé fin décembre Lettres du Kansas à quelques éditeurs, triés sur le volet. Pour ce livre, je n’avais pas envie d’aller frapper à toutes les portes. J’ai donc effectué une sélection rigoureuse et s’il n’est pas édité par ce biais, il sera proposé en auto-édition. Le plus difficile sera de travailler sur la mise en page, parce que j’ai quelques idées assez précises de ce que je voudrais dans l’idéal, et que je ne suis pas non plus maquettiste ou graphiste. Je vous tiendrai bien sûr au courant des évolutions de ce projet (et pour être sûr de ne rien manquer, inscrivez-vous à ma newsletter).

Du côté de l’écriture

L’année 2018 s’annonce très chargée du côté des projets.

En ce moment, j’ai en cours :

  • un roman young adult FF sur fond dystopique (je suis littéralement amoureuse de mes personnages, qui passent leur temps à frôler la mort ! Le livre compte actuellement 40 000 mots mais il est encore loin d’être terminé et la réécriture risque de me prendre du temps aussi. Vous pouvez déjà avoir une idée de l’ambiance via les quelques photos que j’ai postées sur le tableau Pinterest consacré à ce livre) ou les quelques extraits que je propose ponctuellement sur ma page Facebook.
  • un roman pour les plus jeunes, âge visé environ 8 ans. Je continue sur ma lancée avec une superhéroïne toute mignonne. Si je parviens au bout de ce projet, le personnage principal pourrait faire l’objet d’une série de livres. C’est en tout cas l’idée globale.
  • Un nouveau guide un peu particulier, à la demande de plusieurs personnes (je n’en suis qu’au stade du défrichage et du plan pour celui-là alors je n’en dirai pas plus tout de suite).

Je vais peut-être aussi me laisser tenter par quelques appels à texte, comme ce fut le cas pour l’IndéPanda… Les romans gardent ma préférence parce que j’adore suivre mes personnages pendant de nombreux chapitres mais c’est une option que je me garde sous le coude (surtout que j’ai déjà vu plusieurs appels à texte très tentants en ce début d’année).

Du côté des salons

Je commence à remplir doucement les dates de mon agenda pour des salons à venir les mois prochains. J’espère avoir plein d’occasion de vous rencontrer ! Et c’est aussi une des raisons qui me poussent à vouloir vous proposer au moins un nouveau titre en 2018.

Pour le moment, dans les dates confirmées, vous pourrez me retrouver au salon Imajin’r à Angers en avril !

alexander-gilbertson-485233.jpg

Et du côté personnel ?

J’ai connu pas mal de moments de fatigue ces derniers temps, qui m’ont parfois freiné dans l’écriture. Mais cela ne m’a pas empêché de me passionner pour de nombreux sujets. Et, je l’avoue, les Bujo me font plus que jamais de l’œil.

Pour le moment, je n’ai adopté qu’une de leurs pratiques, le tracker, qui me permet de suivre mes fameuses résolutions et de voir si j’en viens à bout.

DSC_0117.jpg

Une petite case coloriée pour chaque jour où je me tiens à mes résolutions… Dans la liste, vous trouverez l’écriture, bien sûr, mais aussi les séances de méditation, la piscine ou l’entraînement à la guitare. Autant de sujets sur lesquels j’ai envie d’être plus assidue cette année. Et, croyez-moi, mais voir que la ligne est blanche pendant trop longtemps, ça incite à s’y mettre !

Photo by Nathan Dumlao on Unsplash

Photo by Alexander Gilbertson on Unsplash

Photo by Joanna Kosinska on Unsplash

Bilan de 2017

Bilan de 2017

C’est un peu la saison qui veut ça : c’est l’époque des bonnes résolutions. Mais avant de les prendre, il est de bon ton de faire un bilan. C’est aussi ce qui aidera nos résolutions à être plus efficaces (et à être tenues ! )

Voici un petit récapitulatif de ce qui s’est passé en cette année 2017…

bilan 2017

Du côté des parutions

L’année a été riche du point de vue des livres que j’ai pu vous proposer ou vous reproposer cette année.

De l’autre côté des mondes a été doté d’une nouvelle couverture, dont je suis très heureuse et qui a l’air de rencontrer beaucoup de succès, que ce soit sur le net ou lors des séances de dédicace.

Le roman est aussi paru en anglais et en espagnol et il commence à avoir son petit succès : il a même été qualifié de bonne surprise de l’année 2017.

Le Secret du vent est enfin paru en version papier. Là encore avec une couverture magnifique. Mais aussi avec une mise en page intérieure particulièrement travaillée, ce dont je suis très fière.

Il y eut enfin la sortie de mon Carnet de gratitude. Son succès est beaucoup plus mitigé, même si vous semblez en appréciez l’idée. Il faut bien reconnaître que ses pages en couleur augmentent considérablement le prix d’impression et que son tarif est peut-être proportionnellement trop élevé par rapport au roman. Un point à revoir pour les prochains projets hors romans !

Et il y a également ma sélection dans le quatrième numéro de l’IndéPanda, aux côtés d’autres auteurs talentueux. Plein d’univers différents à découvrir. Le recueil est gratuit, donc si vous ne l’avez pas encore lu, c’est le moment d’en profiter.

Du côté du site

Je n’ai pas encore atteint la régularité que je souhaiterais pour les articles de blog mais j’y travaille. J’ai à cœur de vous proposer des articles qui soient construits et intéressants, qui apportent de véritables informations pour ceux qui les cherchent, et qui correspondent aussi à des thèmes qui me sont importants.

Le tout en alternance avec des billets plus personnels sur mes actualités.

C’est en cours mais cela peut encore être amélioré.

J’ai aussi mis en ligne deux nouvelles inédites réservées aux abonnés à ma newsletter (inscrivez-vous maintenant pour lire la dernière d’entre elles dans l’esprit de Noël!)

armesan Cheese

De côté de la promotion

Aujourd’hui, que l’on soit auteur indépendant ou dépendant du circuit traditionnel, il est impossible de se faire connaître sans un minimum de promotion.

Raison pour laquelle je suis présente sur les réseaux sociaux, sur Facebook, Twitter et Instagram, en priorité. Je ne poste pas les mêmes éléments sur chacun de ces réseaux, afin d’offrir une expérience unique à chaque fois pour ceux qui me suivent. Il est évident qu’une telle démarche demande aussi du temps, mais c’est pour moi une manière de remercier tous ceux qui me sont fidèles… de VOUS remercier !

Capture d’écran 2017-11-10 à 10.26.05.png

J’ai aussi eu la chance d’être au cœur de plusieurs articles dans la presse. Je n’ai pas l’intention de m’arrêter là et c’est encore un point à développer pour 2018.

Du côté des signatures

Je n’avais participé qu’à une seule séance de signature, il y a des années de cela. Grâce à l’AIGO (association des Auteurs Indépendants du Grand Ouest), dont je suis maintenant membre, j’ai pu explorer un peu mieux cet univers.

En moins de deux mois, j’ai ainsi été présente sur trois salons, et lors de deux séances de dédicaces en supermarché.

Le premier bilan que je peux tirer de cette expérience, c’est que… le succès a été au rendez-vous ! Vous êtes venus nombreux me voir et découvrir mes titres, et ce fut une véritable joie de discuter avec vous et de vous faire partager un peu de mon monde d’autrice.

Sans nul doute, je recommencerai en 2108. L’impulsion est lancée et vous m’avez apporté une énergie extraordinaire lors de toutes ces rencontres ! Merci à vous.

Du côté des défis

L’année fut riche côté écriture, puisque j’ai participé à deux camps nanowrimo et au nanowrimo de novembre.

Si j’ai échoué pour le dernier opus, j’ai par contre atteint mes objectifs en avril et en juillet. Ce qui implique de beaux projets d’écriture que vous verrez peut-être apparaître dans les mois à venir. En tout cas, j’ai été ravie de me pousser en-dehors de mes limites lors de ces challenges et de vivre des mois entiers portés par le souffle de l’écriture !

Du côté des rencontres

2017 a donc été l’année où je me suis enfin dit « je suis autrice ». Ce qui m’a permis d’aller à la rencontre de lecteurs, mais aussi d’autres auteurs et autrices. Bref, d’échanger avec des gens qui aiment les livres, dans tous les cas.

J’ai aussi été à la rencontre virtuelle de plusieurs blogueurs, qui ont pu lire et chroniquer mes titres. Merci à eux pour leurs retours.

Je suis ainsi sortie du fameux isolement de l’auteur, qui écrit seul dans son antre. Et j’ai pu confronter nos difficultés, mais surtout nos enthousiasmes, avec d’autres personnes qui écrivent. Je pense à Laure Manel, aux membres de l’Aigo, aux grenouilles (!!!), à Sophie Henrionnet, aux copines de cabine, et à plein d’autres encore (pourquoi ais-je l’impression d’être à une remise de prix ?).

Que vous soyez lecteurs, blogueurs, auteurs… merci à vous d’exister !

courtney-hedger-336844

Bref, l’année 2017 fut riche et belle. L’année 2018 le sera plus encore !

Ne manquez pas de vous inscrire à ma newsletter pour ne rien en manquer !

Vous pouvez aussi me soutenir sur Tipee

Photos de l’article :

Photo by Brooke Lark on Unsplash

Photo by Courtney Hedger on Unsplash

Pourquoi l’auto-édition, c’est le mal

Pourquoi l’auto-édition, c’est le mal

L’autre jour, lors d’une signature, un lecteur potentiel a pris en main un de mes livres, a cherché le nom de la maison d’édition, puis l’a reposé rapidement, sans doute de crainte d’être contaminé, en se rendant compte que « oh, mais c’est de l’auto-édition ».

J’ai sans doute beaucoup de chance, car cela ne m’était jamais arrivé auparavant.

Néanmoins, sa réaction m’a poussé à me poser quelques questions. Pourquoi certains considèrent que l’auto-édition est la pire chose qui puisse arriver à l’édition alors que ce n’est pas le cas pour les autres arts ?

Petit tour d’horizon…

l'auto édition c'est le mal

Comment le cinéma indépendant a fait les beaux jours des salles obscures

Je ne suis pas qu’une autrice, je suis aussi une fille. Et, j’avoue, en tant que telle, je dois faire mon Dirty Dancing Coming-Out : oui, je connais toutes les chansons par cœur, et un certain nombre de répliques aussi. Et oui, je le regarde au moins une fois par an.

giphy-downsized-2.gif

Pourtant, ce que la plupart des gens oublient, c’est que ce film, au départ, était un petit film indépendant auquel personne ne croyait et qui est sorti dans quelques salles seulement. Si, si, c’est vrai !

Mais des gens sont allés le voir. Suffisamment nombreux pour que Dirty Dancing connaisse le succès que l’on connaît.

Aujourd’hui, le cinéma indépendant ne se porte plus si bien que cela. Et les distributeurs comme les salles de cinéma sont mises en cause dans ce phénomène. On leur reproche de ne plus laisser assez de place aux petites productions.

Parce qu’il est de bon ton d’avoir vu un film sélectionné à Sundance (festival américain du cinéma indépendant) et plutôt culturellement flatteur de s’être rendu dans un cinéma d’art et d’essai pour découvrir un film « d’auteur ».

On peut donc en déduire que : le cinéma indépendant, c’est un procédé culturel qui doit être mieux défendu, et que l’ont fait partie de l’élite en appréciant ces films…

Suite de la démonstration…

Écouter de la musique indie, c’est bien ?

Il y a les stations de radio qui diffusent les mêmes titres que toutes les autres. En boucle. Au point de parfois nous saturer.

Et puis il y a celles qui proposent des titres un peu moins connus, mais intéressants, rafraîchissants, bien construits…

Il y a les artistes qui jouent dans des petits festivals, qui font la tournée des scènes qui veulent bien d’eux, qui ont même des fans qui les suivent et les retrouvent d’un concert à l’autre, qui vendent quelques CD comme ils le peuvent.

Et tout le monde admire leur travail. S’ils ont de la chance, ils pourront même être repérés, présentés dans les médias… puis être rachetés par un grand producteur qui leur donnera accès à ce graal tant convoité : la gloire !

200w_d-2

Être musicien ou chanteur indé, c’est compliqué. Il faut accepter de manger des micros enragés et de balancer du son parfois pas si terrible quand on n’a pas les moyens de s’acheter du bon matériel.

Et pourtant, nombre de personnes vont se vanter d’avoir découvert tel artiste et d’avoir son CD, pour enfin sortir des standards uniformisés, de la soupe qui est versée à grandes louches tous les jours à la télé…

Oui, soutenir des groupes indie, c’est plutôt valorisant aussi.

Et dans les autres arts, ça se passe comment ?

Je ne vais pas vous mentir, je ne suis pas une spécialiste de la sculpture, de la danse ou des arts du cirque… J’ai cependant pu constater que des tableaux pouvaient être achetés en-dehors des galeries traditionnelles, que les marchés de noël accueillaient de nombreux artisans dont le travail était admiré, que des villes sont heureuses d’accueillir des troupes de théâtre venues d’ailleurs…

Je ne dis pas que c’est facile pour tout le monde, loin de là. Ils doivent très certainement endurer leur part de critiques, de mauvaises considérations, voire de mépris. Mais j’ai plus souvent entendu dire « tiens, j’ai découvert tel chanteur ou tel fabricant de bijou » que « tu devrais lire ce roman d’un auteur indé ». Pourquoi ?

Pourquoi existe-t-il, en France, un tel mépris pour les auteurs indépendants ?

Avant de dire qu’un mépris existe, il faut le démontrer. Et ce n’est pas juste un livre reposé sur une table parce qu’il n’a pas d’éditeur. C’est aussi les librairies (pas toutes, heureusement) qui vous regardent de haut, limite avec un sourire en coin, et qui ne s’enthousiasment pas à l’idée de présenter vos livres. (et j’en profite pour remercier ici toutes celles qui sont plus ouvertes). Ce sont les salons littéraires, qui refusent les auteurs indépendants, parfois sans explication, parfois en précisant qu’ils pensent qu’un filtre éditorial est indispensable à une production littéraire digne de ce nom. C’est la différence que font certains entre « ah tu as un éditeur » et « ah, donc c’est toi qui as payé ». Ce sont les médias, qui sont nettement moins ouverts aux auteurs auto-édités qu’aux autres (je sais bien que c’est aussi le cas pour les autres arts, hélas).

En France, plus particulièrement, nous avons une tradition littéraire très présente, qui laisse entendre qu’un auteur sans éditeur sera certainement moins bon. Je vais vous dire une vérité : ce n’est pas toujours le cas.

J’ai lu de très bons livres d’indés et de très mauvais livres édités. Et je ne suis certainement pas la seule.

Ce qui ne m’a pas empêché d’entendre certains auteurs, pourtant indés dire :

1. qu’ils ne se sentaient pas légitimes en tant qu’auteurs (ça c’est normal, et c’est le lot de nombreux artistes, même renommés)

2. qu’ils hésitaient longuement avant d’acheter un livre auto-édité parce qu’ils craignaient qu’il n’en vaille pas la peine (je vous vous confier un secret : c’est le cas aussi pour les livres publiés).

Ce qui n’empêche pas non plus certains salons littéraires de fermer leurs portes aux auteurs auto-édités… Ont-ils peur de dégrader leur image de marque ?

Comment reconnaître la qualité d’un titre auto-édité ?

Ce qui permet de savoir ce que vaut un ouvrage, ce sont les commentaires des lecteurs. Alors, oui, il y aura toujours des centaines de lecteurs qui achèteront les mêmes livres que vous, vous ne trouvez pas si terribles que cela.

200w_d-3

Mais il y aura aussi ceux qui émettront des critiques honnêtes envers les titres, sans établir de distinction entre ceux qui bénéficient d’une très chaude couverture médiatique et les autres.

Ce n’est pas toujours évident de se lancer les yeux fermés, je le conçois. Mais entre un roman auto-édité qui récolte tous les éloges et un autre qui culmine à deux étoiles sur cinq dans ses critiques, vous pouvez déjà avoir quelques repères. De même par rapport à l’éventuel nombre de publications de son auteur (s’il en a 80 à son actif, c’est presque plus inquiétant que s’il n’a qu’un titre à proposer).

Lisez les commentaires, que ce soit sur les forums de lecteurs, les blogs, les booktubeurs, les critiques sur les sites d’achat…

C’est aussi pour cette raison que je précise toujours, à la fin de mes romans, qu’il est nécessaire de faire savoir quand vous avez aimé un livre. Parce que c’est le seul moyen, pour une autrice indépendante, de faire savoir si, oui ou non, ce qu’elle écrit a de la valeur.

La qualité se mesure en étoiles dans les yeux des lecteurs.

giphy-downsized-3.gif

Comment faire évoluer le paysage éditorial

J’ai été (agréablement) surprise de constater le nombre de plus en plus élevés d’artistes, dans tous les domaines, qui décident de devenir indépendants. Dans le monde du lire, cela s’exprime principalement au niveau de la bande dessinée, d’ailleurs, comme Maliki l’a très bien résumé ici.

Pourtant, cela reste difficile. Quand une lectrice me dit qu’elle n’a pas pu commander mon ouvrage dans une librairie, parce que le libraire, sans même essayer, lui a dit qu’il craignait de ne pas pouvoir se le procurer, je trouve cette attitude totalement contre-productive.

Je n’ai pas envie de n’être vendue que sur Amazon, j’aime les libraires indépendants et j’ai envie de les faire vivre. Mais c’est un amour qui ne doit pas rester platonique, à sens unique. Nous avons besoin les uns des autres pour vivre.

Je sais, je suis pertinemment consciente que des dizaines de titres sortent chaque mois, rien que dans le circuit classique, et que c’est une gageure de pouvoir tous les présenter. Que c’est déjà presque impossible de savoir qu’ils existent. C’est aussi à nous, en tant qu’auteur, d’aller à la rencontre des professionnels vendeurs du secteur.

Mais cette rencontre ne pourra être constructive que si, en face, les acheteurs sont prêts à sortir de leur zone de confort.

Il existe tellement de véritables artistes, talentueux et généreux, que je trouve vraiment dommage de se limiter toujours aux mêmes.

Il faut donc que :

  • les libraires acceptent de présenter des titres d’auteurs indés
  • les médias acceptent de parler d’eux
  • les lecteurs aient envie de les lire

Cette révolution est déjà en marche. Elle demande juste à prendre un peu plus d’ampleur, et ce ne pourra se faire qu’avec vous !

 

Et si, finalement, l’auto-édition, c’était bien ?

 

Ode aux séances de dédicace dans les supermarchés

Ode aux séances de dédicace dans les supermarchés

séance de dédicace en supermarché

J’ai eu la chance de pouvoir passer quelques heures, ces dernières semaines, à dédicacer mes livres dans des supermarchés. Alors que je craignais un grand moment de solitude, voici ce que j’en ai retenu, sur les gens croisés à cette occasion :

Il y a les personnes qui te prennent pour un employé et te demandent où sont tel et tel rayon,

ceux qui passent devant toi en détournant le regard de peur que tu ne les interpelles,

les odeurs de nourriture qui te donnent faim alors que tu ne peux pas passer ton temps à manger,

la musique en boucle, même en sourdine, qui te donnent parfois envie de danser et de chanter,

les livres qui t’entourent et auxquels tu dois résister,

ceux qui te disent « je vais prendre ça » en parlant d’un de tes marque-pages,

ceux qui n’achètent pas ton livre en t’expliquant que c’est parce qu’ils n’en ont jamais entendu parler, ceux qui pianotent sur leurs téléphones portables et n’ont pas une seconde pour ouvrir les yeux sur toi

ET

ceux qui s’arrêtent, discutent avec toi, te posent des questions, te font te sentir vivante,

veux qui te remercient de te rendre en supermarché, de venir à leur rencontre,

ceux qui s’enthousiasment et en prennent plusieurs pour les offrir à leurs proches,

ceux qui te découvrent par hasard et te font déjà des compliments sur le peu qu’ils voient de ton livre,

ceux qui se disent qu’ils vont tenter l’aventure, avec un de tes livres,

les enfants dont les yeux brillent et leurs parents qui leur offrent tes romans,

tous ceux qui te dévoilent un peu d’eux, qui t’offrent leur tranche de vie, ce qui te permet d’écrire de vraies dédicaces personnalisées,

ceux qui décident de lire le livre même si, a priori, il ne concerne pas leur tranche d’âge… et qui t’écrivent des commentaires passionnés,

ceux qui prennent le temps de découvrir ton livre, même s’ils ne l’achètent pas, parce que la rencontre est belle aussi,

ceux qui savent qu’un livre dédicacé est un petit trésor, pour soi comme pour les autres,

ceux qui te sourient, et qui illuminent ces quelques minutes de leur passage,

tous ces gens, de tous les âges, de tous les milieux, qui sont prêts à aller à la rencontre d’un livre,

ceux à qui tu confirmes que, oui, c’est toi qui a écrit les livres qui sont devant toi sur la table (et surtout les enfants qui se montrent impressionnés),

ce couple de personnes âgées dont la femme tape affectueusement sur les fesses de son mari en repartant,

tous ceux qui ont la patience de t’épeler leur nom, même quand il est simple, parce que tu as peur de te tromper et de défigurer leur dédicace,

les proches qui font le déplacement pour venir te voir et que tu ne remercies jamais assez de leur soutien,

les looks extraordinaires que tu aurais parfois bien envie de copier,

ceux qui repassent, après avoir été chercher de l’argent, parce qu’ils n’avaient pas prévu d’acheter un livre ce jour-là, mais qu’ils craquent pour tes romans,

tous ceux qui ont peur de t’approcher, mais qui viennent feuilleter tes livres, quand tu les interpellent, et à qui ils plaisent ensuite,

ceux qui passent à toute vitesse devant toi, puis qui font demi-tour parce qu’une couverture leur a tapé dans l’œil,

ceux à qui tu n’aurais jamais pensé vendre un livre et qui n’auraient jamais pensé te l’acheter, mais avec lesquels quelque chose se passe et auxquels tu signes une dédicace quelques instants plus tard,

tous ceux qui sont pressés mais qui te prêtent quelques minutes parce que tu leur as souri,

ceux qui semblent crispés, pris par le quotidien de leurs courses, et qui se dérident quand tu les salues, les invitant à s’échapper un instant de leur routine,

ceux qui ont la curiosité,

ceux qui sont figés sur leur liste… et ceux qui savent en sortir et suivre leur impulsion,

ceux qui lorgnent du coin de l’œil, qui hésitent et qui finalement s’approchent,

ceux qui te sourient, même s’ils ne s’arrêtent pas…

Merci à vous tous pour toutes ces rencontres !