Auto-édités ou édités, tous ennemis ?

Auto-édités ou édités, tous ennemis ?

Ceux qui me suivent déjà depuis un moment savent que je me définis comme une autrice hybride. Mi-éditée, mi-indépendante, un être étrange à la frontière entre deux mondes. Je sais donc que non, tous les auto-édités ne crachent pas sur l’édition, pas plus qu’ils ne choisissent tous ce statut par défaut. Et si on faisait le tour de la question…

auto édités vs edités.png

Qui sont les auto-édités ?

Parmi les auteurs indépendants, il y a plein de parcours différents (oh, comme dans la vraie vie, en fait, c’est dingue).

On y trouve :

  • des auteurs et autrices qui ont envoyé leur manuscrit à des maisons d’édition, qui ont essuyé des refus ou en ont eu assez d’attendre des réponses et qui se sont décidés à prendre les choses en main ;
  • des auteurs et autrices qui ont déjà été édité.e.s, qui n’ont pas toujours été satisfait.e.s des relations avec leurs éditeurs, et qui préfèrent être libres (et si vous aussi vous criez dans votre tête « liberté » avec la tête de Mel Gibson peinturlurée en bleu, vous faites définitivement partie de mon clan) ;
  • des auteurs et autrices qui ont envie de faire des expériences (Stephen King l’a fait, Samantha Bailly en France plus récemment…).

Et cette liste est certainement non-exhaustive.

L’auto-édition, c’est pour les nuls, non ?

Humm, je suis désolée de devoir démolir des clichés (ah non, en fait !) mais, comme nous l’avons vu précédemment, un auteur auto-édité n’est pas uniquement le scribouillard de service qui a été refusé de partout et dont les textes méritent uniquement de servir d’exercices pour les écoles de correcteurs.

D’ailleurs, ce n’est pas pour rien que les maisons d’édition, aujourd’hui, scrutent les résultats des ventes des auteurs et autrices indépendant. e. s afin de leur racheter leurs droits dès qu’ils repèrent un succès.

Il y a de véritables perles dans l’auto-édition. Du travail de qualité. Mais je ne rédige pas cet article pour défendre cette idée, mais plus pour expliquer pourquoi certains deviennent leurs propres éditeurs. D’ailleurs…

Pourquoi choisir de s’auto-éditer ?

L’auto-édition, on l’a vu, c’est la liberté. Celle de choisir sa couverture, sa mise en page, son titre, la manière dont la communication sera faite autour de son ouvrage. Celle de ne pas devoir attendre (parfois en vain) qu’un éditeur fasse le boulot que vous attendez autour de son livre (comme la communication, la promotion, etc).

Et tout ça, croyez-moi, c’est un vrai confort quand on a un (petit) esprit d’indépendance.

Vous décidez. Vous commettez peut-être aussi des erreurs mais ce sont les vôtres, et vous apprenez à les réparer. C’est assez formateur, en fait, à condition d’être prêt à prendre des risques. Et puis, comme certains l’ont souligné avant moi : comme il y a moins d’intermédiaires, la part gagnée par l’auteur ou l’autrice sur son ouvrage est plus importante.

Oui, mais alors…

Pourquoi passer par un éditeur ?

Le fait d’être édité, aujourd’hui, et en France, apporte quelques petites choses de plus.

D’abord une certaine reconnaissance : les libraires, les prix littéraires, les salons, la presse et même encore une certaine partie du public continue à croire que seule l’édition traditionnelle a de la valeur. Comme un certificat de qualité qui serait alloué à un auteur dès lors qu’il est édité. Et, on ne va pas se mentir, ça compte aussi.

Il n’y a pourtant pas que cela. Un éditeur permet aussi d’apporter un regard de plus à un titre (quand il y a un vrai travail éditorial qui est fait, qui vous aide à polir encore votre texte), de ne pas être seul.e face à toute la machinerie que représente la sortie d’un livre (l’impression, la commercialisation, la communication). C’est bien aussi de savoir s’entourer. Pour les uns, ça rassure ; dans de nombreux cas, ça permet aussi de se sentir plus fort parce qu’on est plusieurs.

Pour mes titres jeunesse, je sais qu’une maison d’édition les défendra avec des armes que je n’ai pas. Et c’est aussi important pour moi de donner le maximum d’opportunités à ces titres. Même si j’ai du mal à lâcher la bride, à accepter de ne pas tout contrôler, à faire confiance…

Parce que c’est de cela qu’il s’agit, de savoir ce qui est le mieux pour un ouvrage en particulier, par rapport à son propre parcours. Tous les auteurs ne sauront pas se débattre face à la masse de charges que demande l’édition indépendante. Tous les auteurs ne sauront pas non plus se soumettre au diktat d’une tierce personne. Mais tous les auteurs veulent le meilleur pour leurs livres. Et qu’ils arrivent dans les meilleures conditions possible entre les mains des lecteurs.

Ne pas choisir, ce n’est pas un peu de la lâcheté ?

Il est vrai que certains auteurs finissent par passer d’un seul côté de la barrière. Ils ont été tellement déçus par leurs éditeurs qu’ils n’ont plus envie de tenter l’expérience avec d’autres. Ou, au contraire, ils sont trop heureux de pouvoir entièrement s’appuyer sur un éditeur et de ne plus rien avoir à faire d’autre qu’écrire (car oui, l’auto-édition demande beaucoup de temps sur des activités annexes).

Je sais que je continuerai à avoir des titres édités de manière traditionnelle et d’autres en indépendante. J’aime trop la liberté que cela me procure pour m’en passer définitivement. Et, pour moi, comme pour beaucoup d’autres auteurs et autrices, l’indépendance n’est pas un choix « par défaut ».

Je sais aussi que je continuerai à faire parvenir certains titres (pas tous) à des maisons d’édition. Et que je ne serai pas la seule non plus à agir ainsi. Je reconnais le travail des éditeurs, et je serais la dernière à le dénigrer. Et, comme je le disais, qu’est-ce que c’est bien aussi de s’entourer !

Il y a des avantages et des inconvénients à chaque statut. Et oui, vous l’aurez compris, je suis plutôt  team plateau de dessert que choix entre la tarte Tatin et la mousse au chocolat. Et vous ?

 

 

Photo by Hasan Almasi on Unsplash

Publicités
Pourquoi l’auto-édition et les libraires se détestent… ou pas ?

Pourquoi l’auto-édition et les libraires se détestent… ou pas ?

L’automne a commencé, les feuilles tombent et avec elles les lettres d’injure. En ce moment, l’auto-édition fait débat (c’est peu de le dire) dans le milieu des libraires. Avec un mot d’ordre : si c’est vendu par Amazon, c’est le mal.

Ce qui est, selon moi, un résumé à la fois faux et très, très réducteur. Parce que j’aime les libraires, j’aime les livres, j’aime les auteurs et que j’avais envie de mettre tout ça un peu à plat, voici un (long) article sur le sujet, qui aidera peut-être (rêvons un peu) à apaiser le débat.

auto edition et libraire.png

Pourquoi les libraires n’aiment pas Amazon

Pour la plupart des libraires, Amazon, c’est l’ennemi absolu. Parce que les gens ont commencé à acheter des livres via ce super-marché du « tout vous est livré à domicile » et que ces professionnels, amoureux du livre pour la plupart, ont vu leurs chiffres d’affaires continuer à s’éroder.

Je dis bien « continuer ». Amazon n’est pas la seule arme qui met à mal l’économie des libraires. D’ailleurs, tous les chiffres communiqués autant par le Ministère de la Cultureque par le Syndicat National de l’édition le disent : il y a moins de ventes de livres. En 2015, seulement, ces ventes ont augmenté après cinq années à la suite de baisse.

Capture d’écran 2018-10-11 à 09.29.38.png

Et ça, ce n’est pas de la faute d’Amazon !

Mais les libraires s’inquiètent, se demandent s’ils pourront toujours exister demain et, quand on a peur, on réagit parfois de manière un peu épidermique (je les comprends, j’aurais du mal à imaginer un monde sans libraire pour me faire partager ses coups de cœur ou me conseiller).

Les libraires ont-ils raison de considérer Amazon aussi mal ?

On l’a vu précédemment, il y a moins de livres vendus. Donc, forcément, la part qui est prise par Amazon impacte la part du chiffre d’affaires des libraires.

Quand il y a moins de gâteau à se partager, les miettes prennent beaucoup plus d’importance !

pixel-cells-3702061_1280

Mais plaçons juste un instant du côté du lecteur. Prenons quelqu’un au hasard, quelqu’un comme moi, qui habite à la campagne et qui ne va pas tous les jours en ville. Même pas toutes les semaines.

Quand je le peux, je préfère acheter mes livres en librairie. Vraiment. Je les commande même s’il le faut, et je suis prête à attendre. Mais, entre vous et moi, c’est du pur militantisme parce que, pour aller en librairie, je dois aller en ville juste pour ça, faire une demi-heure de route, payer un parking, repartir dans l’autre sens… Bref, ce n’est pas très pratique.

Que permet Amazon ? De commander des ouvrages depuis chez soi et de les recevoir dans sa boîte aux lettres, sans payer de frais de port.

C’est dur de lutter contre ça. Voire impossible. Mais c’est aussi un atout important pour toutes les personnes âgées qui ne peuvent pas se déplacer, pour les mères de famille qui n’ont pas envie de trimballer leurs enfants dans des magasins, pour les insomniaques qui ont des envies de lecture pendant la nuit (et je ne vous ai même pas encore parlé du livre numérique)…

Ce qui n’empêchera jamais les vrais amoureux des livres de continuer à aller en librairie. Soyons clair : c’est juste un complément. D’ailleurs, quand j’achète sur Amazon (oui, ça m’arrive), je sais exactement ce que je veux et je ne regarde pas le reste. Ce qui n’est pas le cas quand je vais en librairie (ressortir avec un seul livre ? Impossible avec tant de tentations sur les tables).

Donc, tout le monde peut y gagner.

Et comment on faisait avant, quand il n’y avait pas Amazon. Et bien, j’achetais moins de livres, tout simplement. Donc, sans Amazon, c’est tout l’écosystème du livre qui s’effondre, puisque, s’il y a moins de livres achetés, les éditeurs n’ont plus les moyens de produire de nouveaux titres, les auteurs ne gagnent plus d’argent et n’ont plus de temps pour écrire et… et les libraires peuvent mettre la clé sous la porte parce qu’ils n’ont plus de livres à vendre.

C’est ça le souci, c’est qu’il faut penser global, et pas juste à sa part de gâteau à soi !

Mais alors, il est où le débat ?

On y vient, ne vous inquiétez pas. Le petit monde du livre, ces dernières semaines, ces derniers mois même, a été secoué par pas mal de débats. Beaucoup ont été lancés par des auteurs qui en ont un peu assez de leur précarité et du manque de considération de la part de plein d’intervenants autour du livre (Cherchez le #PayeTonAuteur ou #AuteursEnColère pour en savoir plus, ce n’est pas le sujet du jour, donc je ne détaillerai pas plus cela).

Et puis d’autres ont été lancés par les libraires. Le premier à avoir retenu mon attention concernait la dernière sélection du Prix Renaudot. Parce que le jury avait osé, dans sa sélection, se tourner vers un livre auto-édité, les libraires sont montés au créneau. Tout d’un coup, c’était le mal absolu, comment osait-on ainsi détruire tout le travail des libraires. La plupart d’entre eux, outrés que l’on ose ainsi mettre en avant un titre qui s’était fait connaître grâce à Amazon, ont déclaré qu’ils refuseraient de le vendre.

Oui. Puisqu’Amazon leur fait perdre de l’argent, ils refusaient d’en gagner.

J’avoue qu’à partir de là, j’ai commencé à ne plus comprendre. Oui, je comprends leurs principes, leurs valeurs et leurs peurs mais… À la limite, je pourrais même admettre qu’ils mettent leurs principes au-dessus de leurs besoins de gagner leur vie. C’est suicidaire, mais admirable. C’est un peu limité comme raisonnement (et mal connaître la manière dont les auteurs indépendants utilisent Amazon), ça méritait une explication pour leur montrer qu’ils exagéraient un petit peu, mais soit. Après tout, ils ont le droit de ne pas vouloir de titres d’auto-édités dans leurs rayons. C’est déjà une position que beaucoup défendent.

Sauf que c’est vraiment parti en vrille quand Samantha Bailly, qui défend avec beaucoup d’énergie et de cœur les auteurs, qui a déjà de nombreux titres parus dans l’édition traditionnelle, a décidé de découvrir ce qu’il se passait du côté de l’auto-édition. Et donc de produire, en indépendante, un titre. En numérique. En précisant qu’elle n’était pas contre l’idée de le soumettre ensuite à des éditeurs papiers. Ou de chercher d’autres solutions.

Et qu’elle a reçu des lettres d’insulte. Le débat n’a pas tardé à s’enflammer, les libraires se sentant attaqués par l’expérience de Samantha Bailly et considérant que vendre sur Amazon revenait à leur faire la guerre.

Là, je me suis dit qu’il était temps de remettre les choses dans leur contexte.

Pourquoi un auteur vend sur Amazon ?

Commençons par l’ensemble des auteurs, édités dans le circuit classique comme indépendants. Ils sont sur Amazon. Tous (enfin, sauf certaines maisons d’édition qui ont choisi de ne pas être présente sur la plateforme). Ce qui permet, comme nous l’avons vu plus haut, de proposer des titres au plus grand nombre, y compris à ceux qui ne peuvent pas se rendre en librairie, ou très difficilement.

La lecture doit être accessible à tous, on ne peut donc pas les critiquer pour cela, non ? D’ailleurs, je ne crois pas avoir jamais vu un libraire refuser de prendre les titres d’un éditeur qui est également présent sur Amazon.

Allons maintenant du côté des auteurs indépendants. Qui ont passé des mois à peaufiner leurs titres. Et qui, quelles que soient leurs raisons ou leurs parcours (à ce sujet, je vous invite à lire la dernière tribune de Maliki sur l’édition traditionnelle), ont décidé de devenir indépendants.

 

 

 

 

 

Des auteurs qui n’ont donc pas toujours les moyens financer pour le faire. Et qui étudient les choix qui leur sont proposés. Soit payer un imprimeur et avoir plein de stock chez eux. Puis payer des frais de port à chaque envoi. Et espérer que des lecteurs commanderont via leur site.

Soit passer par un prestataire de services, qui leur permet d’imprimer leur livre à la demande (c’est-à-dire qu’un livre n’est imprimé que lorsqu’une commande est passée. Moins de stock, moins de perte). Et même qui l’envoie pour eux. Sans avoir besoin d’avancer de l’argent.

D’un simple point de vue économique, le choix est assez facile à faire. D’autant que, dans tous les cas, le livre peut être référencé (et donc commandé) en librairie. Soit en étant présent sur Dilicom (qui est accessible même aux auteurs indépendants), soit en passant par des services payants comme Bookélis ou Books on Demand (qui sont très efficaces dans leur domaine, mais qui prennent plus de frais sur la part que l’auteur va gagner sur chaque livre).

Donc, vendre son livre sur Amazon, ce n’est pas le vendre QUE sur Amazon, c’est simplement opter pour un distributeur qui imprime et envoie le livre à qui le veut, avec une marge raisonnable, et sans avance de frais. D’un point de vue monétaire, cela se justifie totalement. Surtout que, oh miracle, le livre peut aussi être commandé par le libraire. S’il le veut.

Mais c’est peut-être là que le bât blesse.

Où est l’auto-édition en librairie ?

Les libraires n’aiment pas les auteurs qui vendent sur Amazon en priorité (arrêtons-nous un instant ici. Je n’aime pas les généralités. Ce ne sont pas TOUS les libraires qui réfléchissent de cette manière. Juste ceux qui font le plus de bruit en ce moment).

Souvent, les mêmes libraires estiment qu’un titre auto-édité n’a, de toute manière, pas sa place dans leurs rayons puisqu’il n’est pas passé par le filtre d’un éditeur et qu’il est donc, forcément, moins bien que les autres. (oui, c’est ce que l’on appelle couramment du délit de sale gueule. Mais passons).

Dans ce cas-là, où un auteur peut-il vendre ses livres ? Ah oui, tiens, sur Amazon, qui accepte tout le monde (le pire comme le meilleur, on est d’accord).

J’ai même vu certains libraires refuser de prendre des auteurs en dédicace parce que ces mêmes auteurs avaient signé leurs livres dans des Cultura ou des Fnac (là, c’est le combat grande surface du livre contre libraire indépendant, une autre version de la guerre des libraires contre les plus grands qu’eux. Une guerre qu’ils ont tous les droits de mener, ne revenons pas dessus).

Là encore, les Cultura sont généralement plus accueillants envers les auteurs indépendants, du moins pour des dédicaces, que certains libraires. Et nous sommes, nous auteurs, des êtres humains : on aime bien les gens qui nous aiment bien.

Cela dit, quand je le peux, je vais faire des dédicaces chez des libraires indépendants. Je les aime d’amour, vraiment. Je suis totalement dans mon univers chez eux. Mais j’ai plus souvent eu droit (et mes confrères le confirmeront sans doute) à des reniflements de mépris qu’à des bras grands ouverts. Et c’est dommage. Pour tout le monde.

Comment peut-on s’en sortir ?

De mon point de vue, on a donc des libraires qui en veulent aux auteurs indépendants de vendre leurs livres sur Amazon mais qui :

  • ne veulent (ou ne peuvent) pas les prendre sur leurs tables ;
  • refusent parfois de commander les titres quand des lecteurs viennent les demander (parce qu’ils ne nous connaissent pas et qu’ils n’ont pas le temps, l’énergie, l’envie ou autres de chercher).

De l’autre côté, nous avons donc des auteurs qui ne demandent rien d’autre que d’être lus, qui seraient ravis d’être présentés en librairie et qui choisissent la manière dont ils font imprimer et expédier leurs livres pour que cela leur coûte le moins cher possible (ce qui permet aussi de proposer des tarifs plus intéressants aux lecteurs. Sans pour autant empêcher le libraire de gagner sa vie, vu qu’il a droit aussi à une remise comme dans l’édition traditionnelle quand il passe commande).

Ce n’est donc pas une guerre. Il n’y a aucune attaque de la part des auteurs. Si les libraires acceptent de baisser leurs boucliers, ils s’en rendront compte très vite. Parce que quand on se ferme en se croyant attaquer, cela génère des tensions qui n’ont aucune raison d’exister.

Aujourd’hui, pour gagner sa vie, un auteur n’a pas d’autre choix que d’être sur Amazon (on parle bien de gagner sa vie, pas juste d’être militant pour une cause, aussi juste puisse-t-elle être). Ce qui n’empêche absolument pas les libraires de gagner leur vie aussi, y compris avec des auteurs auto-édités.

J’espère que des libraires liront ceci, que cela les aidera un peu mieux à comprendre que les auteurs indépendants ne sont pas en train de lutter contre eux. Et que nous pourrons, ensemble, continuer à défendre le monde du livre.

 

Publication ou auto-édition, un choix impossible ?

Publication ou auto-édition, un choix impossible ?

Quel est le but premier d’un auteur ou d’une autrice ? D’abord d’écrire, bien sûr. Puis ensuite d’être lu. Et c’est là que les difficultés surgissent. Quelle est la meilleure manière de procéder pour aller à la rencontre de ses lecteurs ? Qui, de l’auto-édition et de la publication classique remportera ce duel ?

auto édition ou édition traditionnelle, comment choisir

Les avantages de l’auto-édition

Il y a quelques années, pour un grand nombre d’auteurs et d’autrices, l’auto-édition était un choix par défaut : puisqu’aucun éditeur ne veut de moi, je vais me débrouiller tout seul.

Le plus étonnant, quand on remonte un peu le fil de l’Histoire, c’est de réaliser la quantité de livres qui font aujourd’hui partie de nos classiques et qui ont pourtant été confrontés à ce même parcours. Qui sait aujourd’hui que Marcel Pagnol auto-édita Le Château de ma mère et La Gloire de mon père ? Parce que personne ne voulait de ses romans auto-biographiques, alors même que ses pièces de théâtre étaient déjà connues, il se décida pour cette option.

Il ne fut pas le seul : des noms comme Virginia Woolf, Proust et d’autres ne seraient peut-être jamais parvenus jusqu’à nous sans cette possibilité.

L’auto-édition conserve pourtant une image de moindre qualité dont elle a du mal à se débarrasser…

Malgré tout, aujourd’hui, des romanciers et romancières font directement ce choix. Claire Brétécher a montré la voie dans la bande-dessinée : on peut produire soi-même un ouvrage de qualité.

Pour quelqu’un qui écrit, l’auto-édition présente de nombreux avantages :

  • le pourcentage de droits d’auteur perçus est nettement supérieur à celui de l’édition traditionnelle.
  • Tous les droits sont conservés, ce qui offre de nombreuses possibilités de développement ultérieur (les livres audio commencent également à trouver leur place en auto-édition).
  • Vous restez le seul décisionnaire en ce qui concerne la présentation de la couverture ou la mise en page intérieure.
  • Vous demeurez le maître de votre image et du contact avec les autres.
  • Le délai entre l’écriture et la mise à disposition du livre est beaucoup plus réduit que par d’autres circuits.

Le fait de diriger son propre bateau peut être assez enthousiasmant. À condition de savoir éviter les écueils.

Les dangers et difficultés de l’auto-édition

Un livre, quoi que vous puissiez en penser, ne se prépare jamais seul. Certes, pendant la période d’écriture, son auteur ou son autrice est souvent seul.e face à son clavier. Mais cela ne dure pas. Du moins pas pour un ouvrage de qualité.

Tout seul on va plus vite

Il faudra faire intervenir des relecteurs ou correcteurs, des bêta-lecteurs, qui traqueront les fautes comme les incohérences. Parce qu’une prise de distance est nécessaire pour savoir s’extraire du livre que l’on connaît par cœur et pointer du doigt ses faiblesses.

Une couverture digne de ce nom nécessite souvent l’intervention d’un graphiste. Cela peut avoir un coût mais il reste essentiel pour que le livre prenne son envol. Je vois hélas passer trop de romans auto-édités dont les couvertures ne m’appellent pas et que je ne lirai peut-être jamais à cause de ce simple défaut.

La mise en page intérieure doit également être vue et revue. Pour respecter les codes en vigueur dans le monde du livre, et pour que ce dernier reste un bel objet qui donne envie d’être feuilleté.

Je parle en toute connaissance de cause de ce sujet : mon premier roman auto-édité ne respectait pas vraiment ces règles… Le contenu ne suffit pas !

Pour Le Secret du vent, j’ai vraiment pris beaucoup de plaisir à le préparer dans les règles de l’art. Il est aussi beau de l’intérieur que de l’extérieur. Et, oui, cela a son importance.

Mais ce ne sont pas là les seuls récifs sur lequel un livre auto-édité peut s’échouer. Il faut encore réussir à faire parler de lui, à le présenter dans des librairies, dans la presse. Et cela demande du temps. Beaucoup de temps. Et aussi beaucoup d’énergie pour convaincre les décisionnaires en face de vous de vous faire confiance.

Heureusement, de plus en plus de structures acceptent les auteurs et autrices indépendant.e.s. Mais ils restent encore minoritaires et la question de la représentativité est cruciale pour un livre. S’il n’est pas montré, il n’est pas vu. S’il n’est pas vu, il n’est pas vendu. Et voilà pourquoi autant d’excellents romans ne restent connus que d’une poignée d’initiés (et je ne parle pas uniquement des miens).

Est-ce mieux dans l’édition traditionnelle ?

Même si j’apprécie l’auto-édition pour la liberté qu’elle m’offre, je serais la dernière à dénigrer l’édition classique. J’y ai aimé tant d’ouvrages, j’ai été enthousiasmée par des présentations sublimes, des choix éditoriaux osés…

Des éditeurs m’ont aussi donné ma chance. Et j’espère que d’autres le feront encore à l’avenir.

Pourquoi ?

Parce que travailler avec un éditeur suppose aussi un véritable échange avec un professionnel. Quelqu’un qui a tous les contacts nécessaires pour transformer un simple manuscrit en œuvre d’art. Quelqu’un qui saura vous dire « stop, là tu t’égares, coupe-moi ce passage, il ne sert à rien » (ce que peu de bêta-lecteurs osent affirmer).

Parce que c’est une personne extérieure, qualifiée, qui aime ce que vous faites. Et que les histoires d’amour autour des livres n’ont pas de prix.

Ces histoires ne sont pas toujours toutes roses, cependant. Parfois vous n’aimez pas la couverture choisie. Parfois on vous demande de changer de point de vue et de modifier votre fin. Parfois on modifie votre titre sans vous prévenir. Parfois vous n’avez pas l’impression que votre titre est assez défendu.

Et cela peut être assez frustrant.

Toutes les histoires ne sont pas belles. Il faut pourtant reconnaître, aujourd’hui, qu’être représentée par un éditeur apporte une puissance supplémentaire. De plus en plus de salons refusent d’ouvrir leurs portes aux auteurs et autrices indépendant.e.s (et cela alors même que les conférences sur ce sujet se multiplient au Salon du Livre de Paris ou à la Foire de Francfort). Certains libraires les toisent. Idem dans la presse parfois. Et je ne vous parle même pas des participations aux prix littéraires…

Est-ce seulement un problème de chiffres ?

Comme pour mes principaux articles de fonds, je voulais étayer les données mentionnées ici de chiffres précis, de données quantifiables. Et je me suis heurtée à quelques difficultés.

Si Amazon communique sans peine sur les plus gros succès de ses auteurs et autrices indépendant.e.s, ce mastodonte commercial ne représente pas pour autant le seul canal de vente. Et le marché français n’est pas le même que le marché anglo-saxon (pour lequel les ebook d’indés représentent plus de 30 % des ventes!)

Par ailleurs, le manque de reconnaissance de l’auto-édition est tel que ceux qui publient par ce biais ne peuvent souscrire à l’Agessa et que leurs ventes ne sont pas comptabilisées par le Syndicat National de l’Edition.

Que choisir alors ?

Entre les deux, je l’avoue, mon cœur balance. J’apprécie cette liberté offerte par l’auto-édition. Et je sais aussi qu’il y a déjà eu de vraies réussites parmi les titres compris dans ce panel. Au point d’ailleurs que des éditeurs traditionnels, qui les avaient peut-être refusés en première intention, décident ensuite de les publier.

Je suis pourtant douloureusement consciente du nombre limité de lecteurs et lectrices potentiel.le.s que je peux rencontrer par ce biais.

Et je me refuse à considérer ce mode d’édition comme un pis-aller.

Demain, si un éditeur vient vers moi, lui dirais-je non ? Sans doute pas. Certainement pas. Je connais leur valeur et leur importance pour mes textes.

Est-ce que cela signifie que je renoncerais définitivement à l’édition indépendante ? Non plus. Il y a tellement de belles choses à vivre de ce côté-là du livre, j’y ai fait tant de belles rencontres que je ne pourrais pas m’en passer.

Je serai sans doute comme ces auteurs et autrices qui oscillent entre les deux modes. Pas en fonction des desiderata de leurs éditeurs. Mais plutôt selon leurs envies.

Parce que l’écriture, comme la lecture, part toujours de là : une envie.

Cet article a pu être écrit grâce au soutien de mes tipeurs :

Elodie – Laetitia Troppee – LameEcarlate

Devenez un mécène

 

Images de l’article :
Photo by Burst on Unsplash
Photo by rawpixel.com on Unsplash

Pourquoi l’auto-édition, c’est le mal

Pourquoi l’auto-édition, c’est le mal

L’autre jour, lors d’une signature, un lecteur potentiel a pris en main un de mes livres, a cherché le nom de la maison d’édition, puis l’a reposé rapidement, sans doute de crainte d’être contaminé, en se rendant compte que « oh, mais c’est de l’auto-édition ».

J’ai sans doute beaucoup de chance, car cela ne m’était jamais arrivé auparavant.

Néanmoins, sa réaction m’a poussé à me poser quelques questions. Pourquoi certains considèrent que l’auto-édition est la pire chose qui puisse arriver à l’édition alors que ce n’est pas le cas pour les autres arts ?

Petit tour d’horizon…

l'auto édition c'est le mal

Comment le cinéma indépendant a fait les beaux jours des salles obscures

Je ne suis pas qu’une autrice, je suis aussi une fille. Et, j’avoue, en tant que telle, je dois faire mon Dirty Dancing Coming-Out : oui, je connais toutes les chansons par cœur, et un certain nombre de répliques aussi. Et oui, je le regarde au moins une fois par an.

giphy-downsized-2.gif

Pourtant, ce que la plupart des gens oublient, c’est que ce film, au départ, était un petit film indépendant auquel personne ne croyait et qui est sorti dans quelques salles seulement. Si, si, c’est vrai !

Mais des gens sont allés le voir. Suffisamment nombreux pour que Dirty Dancing connaisse le succès que l’on connaît.

Aujourd’hui, le cinéma indépendant ne se porte plus si bien que cela. Et les distributeurs comme les salles de cinéma sont mises en cause dans ce phénomène. On leur reproche de ne plus laisser assez de place aux petites productions.

Parce qu’il est de bon ton d’avoir vu un film sélectionné à Sundance (festival américain du cinéma indépendant) et plutôt culturellement flatteur de s’être rendu dans un cinéma d’art et d’essai pour découvrir un film « d’auteur ».

On peut donc en déduire que : le cinéma indépendant, c’est un procédé culturel qui doit être mieux défendu, et que l’ont fait partie de l’élite en appréciant ces films…

Suite de la démonstration…

Écouter de la musique indie, c’est bien ?

Il y a les stations de radio qui diffusent les mêmes titres que toutes les autres. En boucle. Au point de parfois nous saturer.

Et puis il y a celles qui proposent des titres un peu moins connus, mais intéressants, rafraîchissants, bien construits…

Il y a les artistes qui jouent dans des petits festivals, qui font la tournée des scènes qui veulent bien d’eux, qui ont même des fans qui les suivent et les retrouvent d’un concert à l’autre, qui vendent quelques CD comme ils le peuvent.

Et tout le monde admire leur travail. S’ils ont de la chance, ils pourront même être repérés, présentés dans les médias… puis être rachetés par un grand producteur qui leur donnera accès à ce graal tant convoité : la gloire !

200w_d-2

Être musicien ou chanteur indé, c’est compliqué. Il faut accepter de manger des micros enragés et de balancer du son parfois pas si terrible quand on n’a pas les moyens de s’acheter du bon matériel.

Et pourtant, nombre de personnes vont se vanter d’avoir découvert tel artiste et d’avoir son CD, pour enfin sortir des standards uniformisés, de la soupe qui est versée à grandes louches tous les jours à la télé…

Oui, soutenir des groupes indie, c’est plutôt valorisant aussi.

Et dans les autres arts, ça se passe comment ?

Je ne vais pas vous mentir, je ne suis pas une spécialiste de la sculpture, de la danse ou des arts du cirque… J’ai cependant pu constater que des tableaux pouvaient être achetés en-dehors des galeries traditionnelles, que les marchés de noël accueillaient de nombreux artisans dont le travail était admiré, que des villes sont heureuses d’accueillir des troupes de théâtre venues d’ailleurs…

Je ne dis pas que c’est facile pour tout le monde, loin de là. Ils doivent très certainement endurer leur part de critiques, de mauvaises considérations, voire de mépris. Mais j’ai plus souvent entendu dire « tiens, j’ai découvert tel chanteur ou tel fabricant de bijou » que « tu devrais lire ce roman d’un auteur indé ». Pourquoi ?

Pourquoi existe-t-il, en France, un tel mépris pour les auteurs indépendants ?

Avant de dire qu’un mépris existe, il faut le démontrer. Et ce n’est pas juste un livre reposé sur une table parce qu’il n’a pas d’éditeur. C’est aussi les librairies (pas toutes, heureusement) qui vous regardent de haut, limite avec un sourire en coin, et qui ne s’enthousiasment pas à l’idée de présenter vos livres. (et j’en profite pour remercier ici toutes celles qui sont plus ouvertes). Ce sont les salons littéraires, qui refusent les auteurs indépendants, parfois sans explication, parfois en précisant qu’ils pensent qu’un filtre éditorial est indispensable à une production littéraire digne de ce nom. C’est la différence que font certains entre « ah tu as un éditeur » et « ah, donc c’est toi qui as payé ». Ce sont les médias, qui sont nettement moins ouverts aux auteurs auto-édités qu’aux autres (je sais bien que c’est aussi le cas pour les autres arts, hélas).

En France, plus particulièrement, nous avons une tradition littéraire très présente, qui laisse entendre qu’un auteur sans éditeur sera certainement moins bon. Je vais vous dire une vérité : ce n’est pas toujours le cas.

J’ai lu de très bons livres d’indés et de très mauvais livres édités. Et je ne suis certainement pas la seule.

Ce qui ne m’a pas empêché d’entendre certains auteurs, pourtant indés dire :

1. qu’ils ne se sentaient pas légitimes en tant qu’auteurs (ça c’est normal, et c’est le lot de nombreux artistes, même renommés)

2. qu’ils hésitaient longuement avant d’acheter un livre auto-édité parce qu’ils craignaient qu’il n’en vaille pas la peine (je vous vous confier un secret : c’est le cas aussi pour les livres publiés).

Ce qui n’empêche pas non plus certains salons littéraires de fermer leurs portes aux auteurs auto-édités… Ont-ils peur de dégrader leur image de marque ?

Comment reconnaître la qualité d’un titre auto-édité ?

Ce qui permet de savoir ce que vaut un ouvrage, ce sont les commentaires des lecteurs. Alors, oui, il y aura toujours des centaines de lecteurs qui achèteront les mêmes livres que vous, vous ne trouvez pas si terribles que cela.

200w_d-3

Mais il y aura aussi ceux qui émettront des critiques honnêtes envers les titres, sans établir de distinction entre ceux qui bénéficient d’une très chaude couverture médiatique et les autres.

Ce n’est pas toujours évident de se lancer les yeux fermés, je le conçois. Mais entre un roman auto-édité qui récolte tous les éloges et un autre qui culmine à deux étoiles sur cinq dans ses critiques, vous pouvez déjà avoir quelques repères. De même par rapport à l’éventuel nombre de publications de son auteur (s’il en a 80 à son actif, c’est presque plus inquiétant que s’il n’a qu’un titre à proposer).

Lisez les commentaires, que ce soit sur les forums de lecteurs, les blogs, les booktubeurs, les critiques sur les sites d’achat…

C’est aussi pour cette raison que je précise toujours, à la fin de mes romans, qu’il est nécessaire de faire savoir quand vous avez aimé un livre. Parce que c’est le seul moyen, pour une autrice indépendante, de faire savoir si, oui ou non, ce qu’elle écrit a de la valeur.

La qualité se mesure en étoiles dans les yeux des lecteurs.

giphy-downsized-3.gif

Comment faire évoluer le paysage éditorial

J’ai été (agréablement) surprise de constater le nombre de plus en plus élevés d’artistes, dans tous les domaines, qui décident de devenir indépendants. Dans le monde du lire, cela s’exprime principalement au niveau de la bande dessinée, d’ailleurs, comme Maliki l’a très bien résumé ici.

Pourtant, cela reste difficile. Quand une lectrice me dit qu’elle n’a pas pu commander mon ouvrage dans une librairie, parce que le libraire, sans même essayer, lui a dit qu’il craignait de ne pas pouvoir se le procurer, je trouve cette attitude totalement contre-productive.

Je n’ai pas envie de n’être vendue que sur Amazon, j’aime les libraires indépendants et j’ai envie de les faire vivre. Mais c’est un amour qui ne doit pas rester platonique, à sens unique. Nous avons besoin les uns des autres pour vivre.

Je sais, je suis pertinemment consciente que des dizaines de titres sortent chaque mois, rien que dans le circuit classique, et que c’est une gageure de pouvoir tous les présenter. Que c’est déjà presque impossible de savoir qu’ils existent. C’est aussi à nous, en tant qu’auteur, d’aller à la rencontre des professionnels vendeurs du secteur.

Mais cette rencontre ne pourra être constructive que si, en face, les acheteurs sont prêts à sortir de leur zone de confort.

Il existe tellement de véritables artistes, talentueux et généreux, que je trouve vraiment dommage de se limiter toujours aux mêmes.

Il faut donc que :

  • les libraires acceptent de présenter des titres d’auteurs indés
  • les médias acceptent de parler d’eux
  • les lecteurs aient envie de les lire

Cette révolution est déjà en marche. Elle demande juste à prendre un peu plus d’ampleur, et ce ne pourra se faire qu’avec vous !

 

Et si, finalement, l’auto-édition, c’était bien ?